Les achats réalisés en pharmacie ne mentent pas : nos comportements changent. Un an après le début de la crise du Covid-19, Newpharma, leader belge de la pharmacie en ligne, voit déjà se dégager des tendances assez claires.

"Les produits contre la toux et les refroidissements ont enregistré cet hiver une baisse relative de 45 % par rapport au début de l’année 2020. Il en va de même pour les anti-douleurs, cette diminution pourrait s’expliquer par une plus faible circulation des bactéries et des virus à la suite des mesures de distanciation sociale", indique la société. "Dans la même optique, l’absence de voyages, de poignées de mains, ainsi que le recours aux gels hydroalcooliques pourraient être à l’origine de la baisse remarquable de la fréquence d’achat des produits anti-diarrhées qui ont diminué de 50% depuis avril 2020."

Les mesures sanitaires, si elles n'ont que partiellement pu stopper la propagation du Covid-19, ont donc également permis de réduire drastiquement la circulation d'autres maladies. "C’est en constatant la baisse des symptômes grippaux et de la circulation de virus et de bactéries que l’on se rend compte des répercussions qu’ont eu les mesures de distanciation sociale au cœur de l’hiver", souligne Aline Légipont, pharmacienne titulaire chez Newpharma.

Les autotests se vendent surtout en ligne

L'autre leçon tirée par Newpharma est le succès des autotests de dépistage. Mis en vente depuis moins de deux semaines, plus de 8 000 exemplaires ont d'ores et déjà été vendus. "Les autotests rapides antigéniques s’inscrivent dans un objectif de déploiement à grande échelle du dépistage, élément clé dans la lutte contre le coronavirus. Nous connaissons habituellement l’intérêt des Belges pour l’achat en ligne d’autotests, là où les officines physiques enregistrent traditionnellement des demandes moins nombreuses. Nous attribuons cette différence à une plus grande discrétion de la délivrance en ligne", analyse Gilles Jourquin, pharmacien et directeur de Newpharma Belgique.