Le PDG de Suez, Gérard Mestrallet, a "mandaté des intermédiaires pour approcher la Sonatrach", annonce "Le Soir", samedi. Le président du groupe algérien, Mohamed Meziane, a ainsi "rencontré son homologue suézien en vue d'évoquer de possibles collaborations". Ces discussions pourraient avoir un caractère plus politique que financier. D'ailleurs, elles risquent "d'accoucher d'une souris", souligne 'Le Soir'. Le groupe Suez aurait-il, via cette information qui tombe juste après les élections présidentielles, envoyé un message de bonne volonté à Nicolas Sarkozy ? Lequel avait, en pleine campagne présidentielle, donné sa préférence à une alliance entre Sonatrach et Gaz de France (GDF), semblant ainsi condamner le projet d'union entre Suez et GDF. Et le candidat UMP avait avancé cette idée en raison, disent certains observateurs, de son amitié avec le président algérien Abdelaziz Bouteflika. En tout cas, personne ne semble croire à une fusion entre Suez et Sonatrach. Interrogé lors de l'assemblée de Suez, Gérard Mestrallet avait lui même souligné qu'il n'avait pas "l'impression" qu'il y ait des "ouvertures" du côté algérien pour des relations structurelles.