La banque néerlandaise ABN Amro, numéro trois du pays, va verser 480 millions d'euros pour solder des poursuites menées dans le cadre de la loi néerlandaise contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme, selon un communiqué lundi. "Entre 2014 et 2020, ABN Amro (...) n'a pas suffisamment assuré sa mission de contrôle anti-blanchiment d'argent. ABN Amro a accepté la transaction de 480 millions d'euros proposée par le ministère public" a indiqué la banque dans ce communiqué.

"De cette manière, nous fermons un chapitre des plus douloureux et décevants dans l'histoire de ABN AMRO", a ajouté son patron Robert Swaak.

L'enquête judiciaire lancée à l'encontre des anciens patrons de la banque est toujours en cours. Trois personnes physiques ont actuellement été identifiées comme suspectes par le ministère public, puisqu'elles auraient été à la manœuvre des opérations frauduleuses.  

L'enquête est remontée jusqu'à la première banque danoise, Dankse Bank. Son patron actuel, Chris Vogelzang, et son directeur, Gerrit Zalm, anciennement actifs chez ABN AMRO, y ont fait un pas de côté.

Monsieur Vogelzang, qui a réagi par voie de communiqué, s'est dit "très surpris" par la décision de la justice néerlandaise. "J'ai quitté ABN AMRO il y a plus de quatre ans. Je suis convaincu d'avoir rempli mes responsabilités de management avec intégrité et dévouement. Mon statut de suspect ne signifie pas que je serai forcément inculpé."