La réunion du personnel de l'entreprise de manutention en faillite Swissport n'aura pas lieu ce jeudi. Selon les syndicats, la rencontre a été interdite par le bourgmestre de Zaventem. 

"Les travailleurs trouvent cette décision dégoutante", dénonce Fouad Bougrine du syndicat libéral CGSLB. "C'était la dernière fois qu'ils pouvaient pleurer ensemble." Il déplore que les travailleurs n'aient pas droit à un moment privilégié pour se voir.

Le mécontentement est partagé par de nombreux travailleurs. Les syndicats s'attendaient à une forte participation, avec plus de mille personnes, selon la CGSLB.

"Le ministère de l'Intérieur et le bourgmestre de Zaventem interdisent notre droit démocratique de manifestation", écrivent les syndicats FGTB, CSC et CGSLB dans un document commun. Ils examinent la possibilité d'organiser une rencontre "dans un avenir proche". "Nous trouvons scandaleux que le gouvernement nous laisse tomber pour la deuxième fois", ajoutent-ils.

La faillite de l'entreprise a été prononcée mardi par le tribunal de commerce de Bruxelles. Quelque 1.500 emplois sont menacés.