Cela a des airs de bon plan, mais rien ne dit que ce soit le cas. Le secteur des télécoms a en tout cas pour lui un slogan accrocheur, celui du GSM à un modeste euro, vendu couplé à un abonnement. Parmi les acteurs du marché, c’est Telenet qui s’est engouffré le premier dans la brèche, il y a un petit mois : il offre le choix entre quatre modèles de téléphones, dont le prix normal oscille entre 119 et 149 euros. Ils n’en coûtent plus qu’un seul, mais le client est obligé de souscrire un abonnement "Walk and Talk" de deux ans, de 20 ou 25 euros par mois. Précisons que cette durée de 24 mois, un des griefs souvent formulés, est loin d’être unique dans le paysage des plans tarifaires belges ! L’option "surf sur le net" coûte 10 euros de plus par mois (abonnement d’un an). A cette première offre conjointe, le groupe a joint de solides ambitions, à savoir "doubler le contingent de clients mobiles. Ce qui signifie passer de 104 000 à 208 000 clients pendant les 4 à 6 prochains trimestres", explique Evelyne Nieuwland, porte-parole de Telenet. Et de préciser que l’opération est en bonne voie. Du côté des forums clients mais aussi de Test-Achats, les offres couplées en télécoms suscitent quelques réserves. L’analyse du produit de Telenet révèle qu’il est possible d’économiser pas moins de 100 euros sur l’ensemble des deux ans minimum d’abonnement, notamment avec l’offre de Toledo Mobile. Le GSM à un euro n’est pas tout : "vous finirez quand même par le payer", précise Test-Achats.

Telenet n’a pas encore fait d’émules à ce jour. Base préfère "une gamme globale intéressante plutôt que les offres conjointes", explique Florence Muls, porte-parole. Mobistar et Proximus s’inscrivent pour l’heure dans la même logique. Mais tous deux entendent aussi exploiter l’essor important de l’Internet mobile, avec des actions qui ont des airs d’offres conjointes Exemple chez Proximus, où l’achat du Netbook "Samsung N130" combiné à un abonnement de 12 mois donne droit à un remboursement de 70 ou 150 euros selon le plan tarifaire choisi.