Elon Musk, le fantasque patron de Tesla, est désormais libre de réclamer une première paie immédiate de près de 775 millions de dollars, fruit d'un programme de rémunération sur-mesure indexé sur les performances financières du constructeur de véhicules électriques.


Dans un document adressé jeudi à l'autorité des marchés financiers américains, la SEC, le groupe californien indique que M. Musk, son emblématique patron et co-fondateur, peut désormais mettre la main sur la première tranche d'un paquet de stock-options faisant partie d'un programme de rémunération annoncé en 2018.

Les actionnaires de Tesla avaient à l'époque octroyé au dirigeant, sur une période de dix ans, 20,3 millions d'actions Tesla, équivalant à 56 milliards de dollars.

Il ne peut toutefois les recevoir que par tranche de 1%, soit 1,69 million d'actions, à chaque fois que Tesla franchit un seuil en Bourse et atteint un certain niveau de chiffre d'affaires et de bénéfice.

Douze seuils de capitalisation boursière à franchir ont été déterminés, dont le plus élevé est 650 milliards de dollars à atteindre d'ici 2028

"A la date de ce document, une des étapes importantes portant sur des revenus (annuels) de 20 milliards de dollars et une capitalisation boursière de 100 milliards (sur une période donnée) a été atteinte et authentifiée par le conseil d'administration", écrit jeudi Tesla.

Elon Musk peut donc demander à bénéficier d'environ 1,69 million d'actions Tesla qu'il achètera au prix de 350,02 dollars l'unité.

S'il les revend ensuite, il empochera une plus-value de 774,84 millions de dollars au cours de clôture de l'action Tesla jeudi - 805,81 dollars - à Wall Street.

La rémunération spéciale de M. Musk, qui a transformé Tesla en leader mondial de la voiture électrique, est contestée en justice par un actionnaire accusant le conseil d'administration d'avoir manqué à ses obligations.