Le premier rapport annuel de la jeune Fedustria (la fédération née le 1er janvier dernier de la fusion de l'ancienne fédération du textile, Fébeltex, avec celle du bois et de l'ameublement, Fébelbois) a été présenté ce jeudi, quelques heures avant l'assemblée générale qui devait nommer Michèle Sioen comme nouvelle présidente, et Philippe Corthouts, nouveau vice-président.

En 2006, les secteurs du textile, du bois et de l'ameublement ont réalisé un chiffre d'affaires de 12,5 milliards d'euros.

Côté textile (textiles d'intérieur, techniques, d'habillement, ennoblissement et filatures), l'augmentation du chiffre d'affaires (6,6 millions d'euros) s'est limitée à 4,8 pc, malgré une nette progression de l'activité en volume (+ 8 pc). En cause, la hausse du prix du gaz et de l'électricité qui, ne pouvant être répercutée sur les prix de vente, fait pression sur les marges et sur les prix de vente en raison de la forte concurrence internationale.

Environ 80 pc de la production textile est exportée. Des exportations qui ont grossi de 8,4 pc entre 2005 et 2006. Dans le même temps, les importations ont grimpé de 5,9 pc. Le rapport entre les deux montre une balance commerciale positive de 2,9 milliards.

Autre indicateur positif : les investissements ont augmenté, pour la première fois depuis 2000, pour atteindre 196,2 millions d'euros (+ 13 pc).

Enfin, l'emploi a continué à diminuer dans le secteur qui a perdu environ 1 000 emplois en 2006 (- 3 pc). Mais paradoxalement, et malgré le taux de chômage élevé, de nombreuses entreprises rencontrent des difficultés de recrutement. Cette année, elles rechercheront quelque 1 500 collaborateurs.

Dans un contexte pourtant difficile, les prévisions pour 2007 se veulent optimistes malgré plusieurs facteurs de risques (l'escalade des prix de l'énergie et des matières premières, le handicap du coût salarial, le cours très élevé de l'euro et les distorsions de concurrence perpétrées surtout par la Chine). Pour y faire face, les entreprises textiles belges devront jouer de leurs atouts (productivité élevée, délais de livraison courts, qualité sur mesure, nouveaux produits, excellent service à la clientèle).

Bois : salutaire innovation

Tendances identiques pour le bois (l'industrie de l'ameublement en représente près de 51 pc) dont le chiffre d'affaires (5,908,7 millions d'euros) a augmenté de 3,4 pc en un an. Il a, lui aussi, souffert de fortes augmentations du prix des matières premières. Celui du bois. Celui de l'énergie, aussi, répercuté ici, du moins partiellement, sur le consommateur.

Les exportations ont progressé de 4,8 pc. L'Europe de l'Est a le vent en poupe (+ 71 pc). Mais les importations ont gonflé davantage (+5,9 pc). D'où une dégradation de la balance commerciale (négative de 0,3 milliard d'euros).

Contrairement à ce qui s'est passé pour le textile, les investissements (191,35 millions d'euros) ont diminué de 8,8 pc en un an.

Quant à l'emploi, il s'est également effrité davantage avec 480 emplois perdus (- 1,9 pc).

Pour 2007, l'inquiétude porte sur les importations en hausse de la zone dollar. Comme elle l'a été en 2006 pour de nombreuses entreprises du segment, c'est l'innovation qui est porteuse de salut.