Thomas Leysen, administrateur délégué d'Umicore (ex-Union Minière), groupe belge de production de métaux, spécialisé dans la production de zinc et de produits avancés pour les nouvelles technologies (métaux précieux, catalyseurs, etc.), sera le futur président de la fédération des entreprises de Belgique. Le 17 avril 2008, il succédera à Jean-Claude Daoust, patron de la société d'intérim éponyme, en vertu de la règle de l'alternance linguistique. Son mandat à la tête du patronat belge aura une durée de trois ans.

Agé de 47 ans, parfait quadrilingue, Thomas Leysen est licencié en droit de l'Université catholique de Louvain. Il a commencé sa carrière dans le secteur maritime à Hambourg, Londres et Tokyo. De 1983 à 1988, il a dirigé le groupe Transcor. Il en a fait une société internatinale de trading de pétrole et de charbon, active en Europe, aux Etats-Unis et en Asie. En 1989, M. Leysen a rejoint le groupe de la Société Générale de Belgique au sein duquel il fut responsable de la restructuration des activités commerciales internationales. Depuis 2000, il est administrateur délégué d'Umicore.

Précédemment, il a occupé différentes positions au sein d'Umicore - qu'il a rejoint en 1993 - et de ses filiales. M. Leysen est aussi président du groupe de médias belge Corelio ("De Standaard", "Het Nieuwsblad", "Het Volk", Les Editions de L'Avenir, etc.). Il est membre du conseil d'administration de Cumerio, du centre de recherche en microélectronique IMEC et membre du conseil de surveillance de Bank Metzler (Allemagne). Il a, par ailleurs, été président d'Agoria, la fédération des entreprises technologiques, président d'Eurométaux et membre du comité de direction de la FEB. Dans la sphère culturelle, il est membre du conseil de gestion de la Maison de Rubens à Anvers et président du Fonds du patrimoine culturel mobilier de la Fondation Roi Baudouin.

A noter que Thomas Leysen n'a pas souhaité s'exprimer, jeudi, sur cette nomination et ce qu'elle implique, préférant "attendre son arrivée effective" à la tête de la FEB l'an prochain.

Pour rappel, sous la présidence de Jean-Claude Daoust (qui n'est pas terminée), les partenaires sociaux ont planché sur le contrat de solidarité entre les générations, approuvé fin 2005. Ils ont conclu et approuvé l'accord interprofessionnel pour 2007-2008. D'autres défis d'envergure (économiques, sociaux et... institutionnels) attendent M. Leysen qui a plus d'une fois prouvé qu'il était l'homme de la situation.