Le groupe anglo-canadien de médias et services financiers Thomson Reuters va supprimer jusqu'à 835 emplois dans plusieurs de ses divisions, dont 140 dans celle dédiée aux activités de médias Reuters News, qui regroupe les agences de presse Reuters et Thomson Financial News, a-t-on appris lundi auprès du groupe.

Un porte-parole du groupe a indiqué qu'aucune autre suppression d'emploi n'avait pour l'instant été annoncée, sans commenter des informations de presse selon lesquelles jusqu'à 1500 postes pourraient être supprimés dans l'ensemble de ses activités, sur 50000 au total, soit environ 3 pc des effectifs. Les réductions d'effectifs sont décidées division par division, s'est contenté de rappeler ce porte-parole. Entre 600 et 650 emplois devraient être supprimés dans la division "technologie, contenus et opérations" et 45 dans la division "ventes et service".

Concernant les emplois de journalistes, "la taille de Reuters News à la fin de l'année devrait être d'environ 2500 personnes, bien plus que les 2380 que comprenait la rédaction de l'ancienne Reuters fin 2007 (avant son rachat par le groupe canadien Thomson, entré en vigueur en avril, ndlr)", a annoncé le rédacteur en chef de Reuters News, David Schlesinger, dans un courriel aux employés de la division médias dont l'AFP s'est procuré une copie.

"Malheureusement, les doublons que nous avons identifiés et la nécessité de gérer efficacement nos activités vont nous obliger à supprimer environ 140 emplois au niveau mondial d'ici à la fin de l'année", ajoute le document. Le rachat par le canadien Thomson du britannique Reuters pour 13 milliards d'euros est devenu effectif le 17 avril avec l'entrée en Bourse à Londres, Toronto et New York du nouveau groupe qui a son siège dans cette ville. (AFP)