Le groupe pétrolier Total a dégagé en 2005 un bénéfice historique dans l'histoire de l'industrie française de 12 milliards d'euros (15 milliards de dollars) grâce à la flambée des prix du pétrole brut, qui a compensé une baisse de sa production d'hydrocarbures.

Il est cependant loin des profits engrangés en 2005 par le premier groupe pétrolier mondial, l'américain ExxonMobil avec un peu plus de 36 milliards de dollars. Sa performance se situant en bas de la fourchette des analystes, le titre Total a reculé de 0,42pc à 214,40 euros.

Dividende en hausse

La direction du groupe compte reverser à ses actionnaires un dividende de 6,48 € par action - soit au total 3,98 milliards d'euros, en hausse de 20 pc sur 2004.

Pour la première fois lors d'une présentation de résultats, le PDG du groupe Thierry Desmarest a mis l'accent sur la préparation de l'après-pétrole. La flambée des cours et les marges de production disponibles qui se réduisent dans les pays de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) ont fait naître une nouvelle donne énergétique, a-t-il dit.

«Il faudrait entamer sans attendre un vaste programme d'amélioration de l'efficacité énergétique car les enjeux sont énormes», a fait valoir le PDG Thierry Desmarest. «Réduire la croissance de la demande de pétrole à moins de 1 pc par an serait la meilleure solution pour retarder le pic de production: avec une croissance de 2pc par an, la date critique approche 2020 mais une réduction de 1 point repoussera l'échéance à 2040», a-t-il poursuivi.

Pour la première fois en 2006, les projets d'exploration-production pétrolière en Afrique vont dépasser ceux qui sont situés en Europe.

Total a aussi confirmé mercredi que sa filiale chimique Arkema, serait introduite en Bourse le 18 mai et la division par quatre du nominal de l'action de son action.

L'association de consommateurs française UFC-Que choisir, a dénoncé mercredi les «profits astronomiques» de Total et demande que le groupe paie une taxe exceptionnelle de 5 milliards d'euros. Thierry Desmarest a rétorqué que ces profits permettent d'abord à l'entreprise de résister aux tentatives de rachat.

© La Libre Belgique 2006