L’accord, qui prévoit le versement de 70 millions d’euros, doit encore être validé. Il devrait signer la fin de la saga Beaulieu.

La famille De Clerck, héritière du groupe industriel Beaulieu, va s’acquitter d’une transaction pénale record dans le cadre de l’affaire de fraude dans laquelle le groupe se débat depuis près de 30 ans, rapportent les journaux du groupe Mediahuis. L’État devrait récupérer à cette occasion 70 millions d’euros.

Le groupe Beaulieu était visé par l’enquête car son fondateur, Roger De Clerck, avait développé un circuit de vente au noir de tapis découvert dans les années nonante. Une première transaction pénale de 50 millions d’euros avait été conclue. Mais un conflit avait éclaté entre les membres de la famille au sujet de la répartition des actions.

Deux d’entre eux s’étaient tournés vers la justice, ce qui avait débouché sur l’ouverture d’une nouvelle enquête.

Par le biais de la transaction, certains membres de la famille échappent à la prison et à la saisie de leurs parts. L’accord a été signé lundi et sera probablement présenté à la chambre du conseil au mois d’octobre.

Cet accord signifie que Jan et Dominiek De Clerck seront indemnisés et que les poursuites pénales seront abandonnées.

La somme reçue par l’État belge est la plus importante à ce jour dans la saga judiciaire Beaulieu.