Les syndicats réclament une prime et des masques pour les travailleurs que l'enseigne ne leur fournit pas. Le mouvement pourrait s'étendre à tous les Delhaize de Belgique jeudi.

Le personnel des supermarchés Delhaize de Flagey (Ixelles), Westland et Veeweyde (Anderlecht) a débrayé mercredi matin, annonce la CNE, et celui de Jambes (Namur) devrait faire de même. En cause, l'échec des négociations avec la direction de l'enseigne sur les conditions de travail et financière des employés.

"Le front commun syndical réclamait une prime pour les travailleurs mais Delhaize n'a proposé qu'une petite augmentation des chèques-repas jusqu'en juin. Nous voulions qu'au minimum, cette augmentation soit récurrente mais la direction a refusé", explique Rosetta Scibilia, responsable CNE pour les magasins bruxellois.

Delhaize a également proposé une augmentation des bons de réduction à 25% au lieu de 10 sur 100 euros d'achats dans les Delhaize, ce qui a été jugé insuffisant par les syndicats. ""La grande distribution se fait beaucoup d'argent en ce moment et il serait juste que les travailleurs puissent en profiter aussi", commente Rosetta Scibilia.

De plus, le personnel de vente travaille sans masques ou sans gants, indique la CNE, l'enseigne jugeant qu'il n'est pas nécessaire d'en porter. La demande syndicale de fermer les magasins plus tôt en soirée a été rejetée.

Non-respect des distances entre clients

Selon le syndicat chrétien des employés, délégués et permanents doivent intervenir "quotidiennement" dans les supermarchés Delhaize afin de faire respecter les règles de filtrage des clients et de distance à tenir à l'intérieur des magasins. Un permanent syndical rapporte que certains gérants font entrer beaucoup trop de clients d'un coup quand les files deviennent importantes aux portes. "Le problème, c'est que les clients se retrouvent alors dans les mêmes rayons et que les règles de distanciation ne sont pas respectées", nous dit-on.

Des assemblées du personnel ont eu lieu dans tous les Delhaize ce matin pour informer le personnel des propositions de la direction. "Si la direction de Delhaize, injoignable pour le moment, ne rouvre pas les négociations, la grève sera généralisée jeudi", prévient la syndicaliste.

Le porte-parole de Delhaize "regrette" ces arrêts de travail, même s'il dit "comprendre la pression qui pèse sur les employés en cette situation exceptionnelle liée à la crise du coronavirus et nous apprécions les gros efforts fournis par notre personnel".

"Toutes les mesures de protection sont prises"

Roel Dekelver estime que "toutes les mesures de protection sanitaire du personnel sont prises. Ce n'est pas que Delhaize refuse d'équiper son personnel mais nous suivons les consignes du gouvernement qui indique que les masques disponibles doivent aller en priorité au personnel médical".

Concernant les négociations avec les syndicats sur des avantages financiers pour les employés, le porte-parole de l'enseigne qualifie les propositions de Delhaize "correctes et équilibrées". A la question de savoir si les discussions vont reprendre ce mercredi afin d'éviter une grève générale, Roel Dekelver n'était pas en mesure de répondre.

Grogne chez Carrefour

Il nous revient que cette grogne sociale dans les Delhaize pourrait s'étendre aux magasins Carrefour. Dans le cadre des mêmes négociations que dans les autres enseignes, la direction a fait des propositions aux syndicats mais elles ne semblent pas convaincre. "Des consultations sont en cours et, quand elles seront terminées, on risque d'avoir un mouvement très dur dans les prochains jours", avertit Manuel Gonzalez, permanent CNE.