En 2016, un milliard de voyageurs ont choisi une compagnie aérienne à bas coût.

Les compagnies aériennes low cost ont le vent en poupe. Plus d’un milliard de passagers ont ainsi volé à travers le monde sur des avions de transporteurs aériens à bas coût en 2016, selon les chiffres de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI). Une première. Au total, 3,7 milliards voyageurs ont pris l’avion l’année dernière, ce qui représente un gain de 6 % par rapport à 2015.

"En dépit des conditions économiques médiocres, le trafic passagers mondial a continué d’augmenter, soutenu par des tarifs aériens plus bas rendus possibles par la chute des prix du pétrole", explique l’organisation dans un communiqué.

Plus de la moitié des touristes qui franchissent des frontières internationales chaque année le font par voie aérienne. Autre chiffre impressionnant : l’aviation transporte quelque 35 % (en valeur) des marchandises du commerce mondial et plus de 90 % des marchandises du commerce électronique transfrontalier entre entreprises et consommateurs.

Au niveau des passagers, la croissance des compagnies low cost est constante ces dernières années. Quasiment inexistantes, il y a dix ans encore, les compagnies spécialisées dans le vol pas cher représentent désormais 28 % du total des passagers transportés, dépassant donc pour la première fois le cap du milliard de voyageurs.

L’Europe est à la pointe avec 32 % du trafic assuré par les low cost, suivi de l’Asie-Pacifique (31 %) et l’Amérique du Nord (25 %).

© IPM Graphics

Ryanair, champion d’Europe

Avec 117 millions de passagers transportés en 2016, Ryanair est ainsi devenue la plus importante compagnie d’Europe en termes de fréquentation. Elle se rapproche même de plus en plus de la reine américaine du low cost Southwest (119 millions de passagers en 2015, dont une très large majorité au sein même des Etats-Unis). A noter que c’est la compagnie de Dallas qui a inventé ce concept de vols à bas prix au milieu des années 70.

EasyJet (75 millions de passagers), Norwegian (30 millions de passagers) ou Vueling (25 millions de passagers en 2015) sont aussi devenus des poids lourds du Vieux Continent.

Partir avec l’une, revenir avec l’autre

Même si elle ne donne aucun chiffre spécifique, l’OACI souligne que la présence de plus en plus importante des low cost dans les pays émergents a également contribué à la croissance du secteur.

Au-delà de la promesse de prix bas des billets, ce qui attire les passagers, c’est la souplesse des low cost, comme l’explique Fabrice Dariot, patron de l’agence de voyage Bourse-des-vols au site spécialisé "air journal".

Avec des transporteurs de ce type, il est ainsi possible de prendre un aller-retour sur deux compagnies différentes. "Au contraire des compagnies régulières, les low cost ne favorisent pas l’aller-retour au détriment de l’aller simple. Aussi, il devient souvent intéressant de partir avec une d’entre elles et de revenir avec une autre", précise Fabrice Dariot. Cette pratique a chamboulé l’industrie et les comparateurs de prix se multiplient désormais sur Internet pour trouver les combinaisons les moins chères de vols aller-retour.