Le gouvernement fédéral avait limité les pertes nettes d'emplois à 32 000 grâce au chômage temporaire. Cependant, l'étude montre qu'il a été beaucoup plus difficile de trouver un nouvel emploi. Entre juin 2019 et juin 2020, les entreprises et les gouvernements ont accueilli 672 000 personnes, soit 77 000 de moins qu'un an plus tôt.

Au cours des douze mois étudiés, 703.000 Belges ont quitté leur emploi. C'est à peine plus que les 697 000 de l'année précédente. "Nous pouvons en effet constater que les préavis de licenciement et de restructuration sont peu nombreux, mais que les recrutements sont bien moindres", déclare le professeur Ludo Struyven, expert du marché du travail et l'un des auteurs de l'étude.

Ce sont principalement les secteurs qui font un usage intensif des contrats flexibles où la perte nette d'emplois est considérable.