START-UP DE LA SEMAINE | Cette start-up liégeoise aide à trouver des "pros" du bâtiment pour petits et gros travaux. Pas sérieux, s’abstenir !

Sébastien Remacle, 28 ans, fait partie de cette nouvelle génération montante des étudiants-entrepreneurs. Alors qu’il était toujours étudiant en web-développement, ce jeune originaire du Pays de Herve est allé frapper à la porte du VentureLab, l’incubateur de HEC-Liège, pour développer un projet de plateforme mettant en contact des particuliers et des professionnels de la construction/rénovation. Un projet dont l’idée a germé à la suite d’une mésaventure familiale. "Mon père avait fait appel à un cuisiniste", raconte-t-il . "La société a fait faillite durant les travaux. En plus d’une perte financière, mon père a mis beaucoup de temps pour trouver un entrepreneur de confiance qui acceptait de terminer les travaux."

Sébastien Remacle saute sur l’occasion pour en faire le sujet de son mémoire de fin d’études. "En partant du cas de mon père, j’ai découvert qu’il aurait été assez facile, en allant jeter un œil sur les comptes de la société, qu’elle ne se portait pas bien. Mais c’est évidemment facile de le dire après-coup." L’étudiant-entrepreneur découvre aussi qu’il n’existe pas encore, en Belgique francophone, de plateforme "B2C" prenant le temps de vérifier l’identité et les états de service de prestataires du secteur de la construction (depuis le chauffagiste ou le toiturier jusqu’à l’entrepreneur général en construction). Fin 2016, Sébastien Remacle se lance en créant TrustUp.be. Il lui faudra moins de six mois, avec l’aide de deux associés (Florian et Anaïs), pour ouvrir la plateforme.



Face à d’autres marketplaces déjà actives dans le domaine en Belgique, TrustUp va jouer à fond la carte de la… confiance et de la transparence afin d’éviter les mauvaises surprises dans un domaine qui en réserve malheureusement pas mal. À travers toute une série d’informations (santé financière du prestataire, dettes fiscales et sociales, historique du gérant, photos de travaux, avis de clients…), TrustUp va donner un label de certification aux corps de métier présents sur la plateforme. "Nous rencontrons et sélectionnons tous les prestataires", assure Sébastien Remacle. "En dessous d’un certain seuil, on ne les accepte pas car le risque est trop important pour le particulier. Il nous est ainsi arrivé, en examinant une candidature, de refuser un entrepreneur qui avait déjà 250 faillites à son actif !"

Devenir "la" plateforme de référence en Belgique

Le business model de TrustUp repose sur un droit d’affiliation payé par les professionnels voulant intégrer la plateforme (cela va de 59 à 119 euros par mois). Pour les particuliers, c’est totalement gratuit. "Jusqu’ici, on n’intervient pas dans le paiement de la facture et on ne prend aucune commission. Tout se passe entre le client et le prestataire." Sébastien Remacle n’exclut toutefois pas d’apporter, à l’avenir, des services complémentaires payants (paiement sécurisé, assurance, etc.). En contrepartie de leur affiliation, les "pros" du bâtiment obtiennent deux choses : des nouveaux clients et un accès à une série d’outils logiciels (site Web, formulaires en ligne pour devis et facturation…) qui, pour beaucoup, va leur faire gagner un temps précieux.

Active depuis avril 2017, TrustUp compte, à ce jour, près de 400 prestataires affiliés. "Jusqu’à présent, on n’a jamais eu le moindre problème avec l’un d’entre eux", soutient M. Remacle, bien conscient toutefois que le risque zéro n’existe pas. Du côté des clients, la plateforme enregistre plus de 1 000 visiteurs par jour (contre "moins de 50" au démarrage). "On a terminé 2018 sur un chiffre d’affaires de 170 000 euros. On devrait être au-dessus de 300 000 cette année".

L’ambition affichée de TrustUp.be, qui emploie déjà 12 collaborateurs à Liège, est de devenir "la" référence belge dans la recherche en ligne d’entrepreneurs fiables de la construction.

Ce qu'il faut encore savoir

TrustUp.be a été fondée en 2016 par Sébastien Remacle.

Investisseurs: TrustUp.be a levé 450 000 €, à mi-2018, auprès de Leansquare/Noshaq, Be Angels et Belgian Media Ventures.

Site: www.trustup.be

Particularité: le projet a été soutenu par le VentureLab, avec Hubert Brogniez comme coach principal.


  • Extrait de La Libre Eco Week-end à paraître ce samedi 19 octobre 2019: Le crowdfunding, des belles histoires mais aussi un parcours d'obstacles