Après le MR, c'est au tour de la Chambre de Commerce et Union des Entreprises de Bruxelles (Beci) de réclamer une commission d'enquête parlementaire à propos de la situation des tunnels bruxellois. "Il s'agit clairement d'un défaut de prévoyance grave", affirme Olivier Willocx, administrateur-délégué de Beci lundi dans un communiqué, à la suite de la fermeture du tunnel Stéphanie décidée vendredi pour au mois un an et de la fermeture temporaire du tunnel Léopold II dimanche.

"Des documents de 1997 attestaient déjà du mauvais état des tunnels bruxellois. Nous demandons dès lors qu'une enquête mette le doigt sur les responsabilités. Depuis 1997, qui était en charge de ce dossier ? Quels budgets ? Quelles mesures ont été prises ? Les questions sont nombreuses et nous demandons des réponses", indique M. Willocx.

Beci dénonce également le manque d'entretien de l'infrastructure existante. "Il est plus facile pour un politique de valoriser une toute nouvelle infrastructure", fait valoir la chambre de commerce, ajoutant que "ce samedi encore, lors d'un débat public organisé au Salon de l'auto, Pascal Smet (ministre bruxellois de la Mobilité, ndlr) affirmait que seul le tunnel Stéphanie était concerné. C'était compter sans le tunnel Léopold II, qui ressurgissait..."

"Les entreprises bruxelloises ne voient pas le bout du tunnel", s'inquiète Beci qui indique qu'"une entreprise sur trois souhaiterait délocaliser ses activités en dehors de Bruxelles à court ou moyen terme. "Le gouvernement va-t-il enfin prendre la mesure des conséquences dramatiques qu'ont les problématiques de mobilité sur l'économie bruxelloise et son image ?", conclut Olivier Willocx.


Des risques de chaos selon le Voka

La fédération patronale flamande Voka estime pour sa part que la fermeture des tunnels bruxellois serait une catastrophe pour l'accessibilité de la capitale. Le rôle de la Région bruxelloise en tant que capitale et centre international serait gravement mis sous pression. Le Voka appelle dans un communiqué à non seulement rénover les tunnels, mais aussi à prendre des mesures supplémentaires en faveur des tunnels de la petite ceinture. Le Voka se dit inquiet à propos de la mobilité à Bruxelles. Selon l'organisation patronale flamande, une fermeture (définitive) des tunnels provoquerait le chaos et ne favoriserait pas l'habitabilité de la ville.

"Le Voka appelle à une rénovation rapide des tunnels avec des travaux programmés de nuit. Il plaide également pour davantage de tunnels. Il faut voir comment d'autres tronçons de la petite ceinture pourraient être mis en tunnel afin d'améliorer la qualité de vie en surface", affirme l'organisation.

Le Voka ne voit aucun problème financier pour mener ces travaux "étant donné que la 6e réforme de l'Etat a permis le refinancement de la Région bruxelloise, notamment pour l'aider dans sa fonction de capitale."

L'organisation patronale flamande appelle enfin à la conclusion d'un accord global en matière de mobilité au niveau de la métropole bruxelloise. Celui-ci doit permettre l'accélération de la mise en oeuvre du RER, la création de lignes de tram prévue par De Lijn entre Bruxelles et sa périphérie et la réalisation de l'élargissement étudié par la Région flamande du ring de Bruxelles.