L'entreprise Uber a jeté des milliers de vélos électriques et de scooters électriques dans un parc à ferrailles en Caroline du Nord, alors que la demande en vélos pour se déplacer a explosé pendant la pandémie de coronavirus.

Touché par la crise sanitaire, Uber s'est débarrassé de Jump, sa flotte déficitaire de vélos et trottinettes en libre-service, transférée à son ex-concurrent Lime, après un accord qui impliquait également le licenciement de la plupart des employés de Jump. A la suite de cet accord, Lime a acheté de nombreux vélos Jump et continue de les utiliser, mais pas tous, laissant Uber avec les restes.

L'entreprise a donc décidé d'envoyer le reste de ces équipements à la casse, ce qui a provoqué la colère des défenseurs du vélo qui ne comprennent pas pourquoi ces vélos n'ont pas été donnés, afin qu'ils puissent être utilisés au lieu d'être gaspillés.


Interpellé à de nombreuses reprises après la publication de vidéos montrant les vélos dans un parc à ferrailles, Uber a répondu dans un communiqué qu'il n'avait pas d'autre choix que de les recycler car les vélos électriques nécessitent un niveau élevé de maintenance et parce qu'une autre société, Lime, détient désormais les droits de propriété intellectuelle sur les conceptions.

Un événement qui rappelle la nécessité de penser la conception de produits de manière globale, pas seulement à partir des bons matériaux mais de s'assurer que si un produit survit à sa première utilisation, il peut être réutilisé et non pas détruit. Les déchets des vélos et scooters électriques sont depuis longtemps une préoccupation car ils ont proliféré dans les villes aux États-Unis et à l'étranger.