Entreprises & Start-up

Uber, qui a fait au printemps une entrée chahutée à Wall Street, a continué à perdre massivement de l'argent au deuxième trimestre, 5,24 milliards de dollars au total, alors même que sa croissance ralentit.

La réaction a été immédiate à la Bourse de New York: le titre du leader mondial de la réservation de voitures de tourisme avec chauffeur (VTC) chutait d'environ 8% vers 20H35 GMT dans les échanges électroniques suivant la clôture.

Les spécialistes du titre s'attendaient à une grosse perte en raison des coûts liés à l'arrivée d'Uber à Wall Street et aux rémunérations distribuées en actions. Mais pas de cette ampleur.

Et même sans cet élément exceptionnel, le groupe a perdu 1,3 milliard de dollars d'avril à juin, soit 30% de plus qu'au trimestre précédent.

Ajusté par action, cela revient à une perte de 4,72 dollars, soit bien plus qu'anticipé par les analystes.

De plus, le groupe a fortement déçu en annonçant n'avoir fait grimper son chiffre d'affaires que de 14%, à 3,17 milliards de dollars, là où les spécialistes du titre s'attendaient à 3,36 milliards.

Le coeur d'activité du groupe, les courses en voiture, a généré 12,19 milliards de dollars de réservations sur le trimestre, soit un peu plus que les prévisions.

Mais le service de livraison de repas (UberEats), une des activités de diversification sur lesquelles mise le groupe mais qui fait face à la concurrence croissante de start-up comme DoorDash, a déçu en n'engrangeant que 3,39 milliards de dollars de commandes.