La banque suisse UBS a annoncé mercredi avoir finalisé un accord pour vendre au fonds d'investissement américain Blackrock, pour environ 15 milliards de dollars, un lot de titres adossés à des crédits immobiliers à risque, d'une valeur nominale d'environ 22 milliards de dollars. Une manière de réduire le risque global auquel est exposée la banque en raison de la crise de ce marché. Le groupe "a conclu la vente d'environ 15 milliards de dollars (9,6 milliards d'euros) de titres, essentiellement adossés à des créances hypothécaires américaines à risque et à haut risque, à un nouveau fonds créé par la société de gestion de portefeuille Blackrock pour rassembler des actifs pourris", indique le groupe dans un communiqué. Les actifs vendus avaient une valeur nominale d'environ 22 milliards, indique UBS. Ils ont donc été cédés avec une décote de plus de 30 pc, en raison de l'ajustement des actifs au prix du marché. Le numéro un bancaire helvétique a également accordé à Blackrock un prêt de 11,25 milliards pour monter la vente, les 3,75 milliards restants ayant été financés par une levée de fonds du groupe américain. UBS n'a pas de participation dans Blackrock, mais partagera les gains issus de la performance du fonds.

Cette opération "n'est certainement pas la cassure nette qu'attendaient de nombreux investisseurs, mais c'est au moins le début du processus de cession" des actifs touchés par la crise hypothécaire, a estimé l'analyste Peter Thorne, dans une note de la banque Helvea. La vente "est plutôt positive" pour UBS, a estimé un autre analyste zurichois, ajoutant cependant que le financement partiel de l'opération par la banque suisse n'est pas de nature à rassurer les investisseurs. "Il ne devrait plus y avoir d'importantes dépréciations sur ce paquet" de titres, a-t-il ajouté.