1Un mot tout d’abord sur le pôle image, dont l’idée s’est d’emblée imposée au promoteur Wilhelm&Co, rejoint depuis par des associés publics (Meusinvest) et privés (Invest Minguet Gestion), et qui est une sorte de clus ter censé rassembler à Liège une série d’entreprises spécialisées dans le secteur de l’audiovisuel. Parmi celles-ci, on peut notamment citer des noms comme ceux de XDC, WFX, HoverlorD ou encore CoToon, qui a collaboré, entre autres, au récent projet "Bob et Bobette - Les diables du Texas". Au total, 17 entreprises y sont déjà présentes et sont réparties sur une surface de 25000 m2 de bureaux et de studios. Mais le hic, c’est que le "Pôle image de Liège" est en proie depuis peu à des conflits internes, lesquels sont en passe d’être résolus si l’on en croit Peter Wilhelm puisque, affirme-t-il, "un nouvel administrateur a été désigné et les partenaires ont effectué un premier apport de fonds".

2Autre pôle important, que le CEO de Wilhelm&Co n’hésite pas à qualifier encore aujourd’hui de "locomotive" de la Médiacité : celui consacré aux médias et en particulier à la RTBF qui prévoit le déménagement de son centre liégeois sur le site du Longdoz. Le nouveau centre de production, qui représente un investissement estimé à 40 millions d’euros et dont la première pierre a été posée - pour la seconde fois ! - à l’automne dernier, doit normalement être inauguré au début de l’année prochaine. On s’attend ainsi à la création de nouveaux emplois liés au transfert des activités relatives à la fiction et au divertissement. En outre, des synergies sont prévues tant avec les entreprises du pôle image qu’avec la télévision locale RTC-Télé Liège.

3Concernant le pôle loisirs, partiellement intégré au sein du pôle commercial, il doit être constitué, entre autres, d’un complexe cinématographique de six salles - il était question à l’origine de quelque 16 salles ! - qui doit prendre place côté Meuse de la Médiacité. Ce futur complexe, qui pourrait voir le jour assez rapidement, a fait et fait encore l’objet d’une bagarre juridique entre le groupe UGC, initialement pressenti, et Kinépolis, qui tient désormais la corde dans ce dossier mais qui est dans l’attente d’une décision favorable du Conseil de la concurrence, saisi par son concurrent historique. Un moment, la crainte était grande qu’aucun opérateur ne soit finalement présent mais Peter Wilhelm l’a confirmé récemment : "Kinepolis est bel et bien preneur. Et il existe un plan B en cas de problème car d’autres acteurs sont demandeurs."

4Enfin, il importe aussi d’épingler le projet de construction d’une nouvelle patinoire communale, aux dimensions olympiques, destinée à remplacer l’actuelle patinoire de Coronmeuse jugée obsolète et qui est un véritable gouffre énergétique. D’un montant de 8,5 millions d’euros, les travaux de la nouvelle patinoire, en forme de frigo et accessible aux personnes à mobilité réduite, sont en passe d’être adjugés par la Ville et doivent débuter début 2010 pour une durée d’exécution de 18 mois. Cette patinoire est considérée comme un élément moteur de la Médiacité.