Selon les prévisions économiques de printemps de l'exécutif européen, la Belgique devrait ainsi enregistrer une récession de 3,5% cette année, ramenée à -0,2% en 2010. "Le ralentissement économique affecte tous les Etats membres", a commenté lundi le commissaire européen aux affaires économiques et monétaires, Joaquin Almunia. "L'année passée, seuls sept pays européens étaient en récession. Cette année, seule Chypre évitera la récession".

Ces prévisions de printemps de la Commission sont bien plus sombres que celles qu'elle avait réalisées en janvier dernier. La Commission pensait alors que la récession serait limitée à -1,8% seulement, et à -1,9% en Belgique.

Ce recul économique, ajoute la Commission, va placer le déficit public moyen des gouvernements européens à 6% en 2009, et même 7,3% en 2010. La Belgique devrait, elle, enregistrer un déficit public de 4,5% en 2009, et même de 6,1% en 2010 à politique inchangée. En janvier, la Commission ne lui prédisait encore qu'un déficit de 3,0% en 2009 et de 4,3% en 2010.

Conséquence: l'endettement de la Belgique devrait repasser au-dessus de la barre symbolique de 100% du PNB dès l'année prochaine, selon les calculs de l'exécutif européen.

Les perspectives en terme d'emploi en Belgique sont tout aussi maussades. Le taux de chômage chez nous devrait ainsi atteindre 8,5% en 2009, et même 10,3% en 2010 (11,5% dans la zone euro). Si ces prédictions devaient se confirmer, l'Europe vivrait alors sa pire récession depuis la Seconde Guerre mondiale, plus sévère encore que celle des Etats-unis d'où est pourtant partie la crise actuelle.

Face à ce triste constat, la Commission européenne s'est toutefois voulue quelque peu optimiste pour l'année prochaine. "L'Union européenne est au milieu d'une profonde récession mais le fond devrait être atteint d'ici l'été. La reprise devrait intervenir dès le début de l'année prochaine", a ainsi assuré M. Almunia.

Selon lui, différentes statistiques confirment pour l'heure des signes de stabilisation. "Nous ne sommes plus en chute libre", a-t-il ajouté.

Pour inquiétantes qu'elles soient, les prévisions publiées lundi par la Commission sont toutefois légèrement plus optimistes que celles du Fonds monétaire international(FMI).

Le gouvernement belge table, lui, sur un déficit public de 3,4% pour l'année 2009. Il sera donc de 4,5%, selon la Commission européenne.