Trop vieux pour utiliser un GSM ? C'est de moins en moins vrai. D'après la dernière enquête de l'Agence wallonne des télécommunications (AWT) sur l'usage des nouvelles technologies au sud du pays, 56 pc des retraités et préretraités wallons disposaient d'un téléphone mobile en 2006. Certes, on est encore loin des 98 pc atteints dans la catégorie des 15-44 ans, mais le mouvement de rattrapage est réel.

Et pourtant, les grands noms de la téléphonie mobile semblent se désintéresser de ce marché. Les Nokia, Samsung, Sony Ericsson et autres ne proposent pas d'appareils véritablement adaptés aux seniors. Résultat : pour les personnes âgées, les touches des GSM sont souvent trop petites, les écrans sont illisibles, et la plupart des fonctionnalités sont inutiles et trop compliquées. En général, les seniors veulent juste pouvoir téléphoner et envoyer des SMS, pas besoin donc d'un GSM qui fait aussi baladeur et console de jeu.

La petite société autrichienne Emporia a bien compris qu'il y a une place à prendre. Depuis quelques années, elle a développé une gamme d'appareils destinés aux personnes âgées. Mais au fond, c'est quoi un GSM pour seniors ? "Ce sont des appareils avec des touches plus grandes et des écrans très lisibles, bien sûr, mais ce n'est pas seulement ça", répond Philippe Tilot, qui s'occupe de la commercialisation des téléphones Emporia en Belgique. "Ils sont conçus pour faire en sorte que les fonctions les plus demandées par les seniors soient aussi les plus faciles à utiliser. Il est très simple d'accéder, par exemple, au répertoire des dix personnes les plus fréquemment appelées, ainsi qu'aux fonctions réveil et lampe de poche."

Les GSM Emporia sont également conçus pour ne pas créer d'interférences avec les appareils auditifs. Et ils sont dotés à l'arrière d'un bouton rouge baptisé "Life", qui est une sorte de fonction télé-secours dans la mesure où lorsqu'on appuie dessus, le téléphone appelle simultanément cinq numéros pré-enregistrés (les enfants, petits-enfants et les secours, par exemple). "Cette année, nous comptons aussi lancer un appareil doté d'un GPS afin de pouvoir localiser une personne âgée qui se serait perdue", dit Philippe Tilot.

4 000 unités en Belgique

L'année passée, Emporia a dépassé ses objectifs en vendant 150 000 téléphones. Mais les résultats en Belgique ont été plus décevants, avec seulement 4 000 appareils écoulés. "La différence avec l'Autriche ou l'Allemagne, où notre téléphone a cartonné, c'est qu'en Belgique, nous n'avons pas encore d'accord avec un opérateur mobile", précise le responsable d'Emporia. Sur le marché belge, les téléphones de la marque autrichienne sont vendus uniquement dans certains grands magasins d'électro, du type Vanden Borre ou Fnac.

Autre problème : le "look". Le premier Emporia avait clairement un aspect très basique, à mille lieues des appareils très design que l'on trouve sur le marché. Mais le fabricant autrichien a revu sa copie : les nouveaux modèles qu'il annonce pour cette année sont esthétiquement bien plus réussis. Ce n'est pas parce qu'on est un senior qu'on ne soigne pas son image !