Les avocats du PDG de Renault Carlos Ghosn ont introduit jeudi un recours, au Japon, contre le refus d'un tribunal de Tokyo d'autoriser la libération sous caution de l'homme d'affaires. Ce refus était intervenu mardi, le tribunal estimant qu'il y a un risque de destruction de preuves si le patron du groupe automobile se voit libéré. Le dirigeant de 64 ans avait été arrêté le 19 novembre à Tokyo.

Si la décision de le maintenir en prison est confirmée par un deuxième juge, Carlos Ghosn restera en détention provisoire au moins jusqu'au 10 mars.