Quand le secteur de l’Horeca insistait lourdement auprès du gouvernement pour que "sa" TVA soit réduite de 21 à 6 %, il avait "monnayé" le principe en expliquant que le gain de 15 % serait partagé à parts égales entre les restaurateurs, l’Etat et les consommateurs. En fin de compte, la réduction n’est passée que de 21 à 12 % (et encore, pas sur les boissons). Et, en pratique, c’est la part qui devait être allouée aux clients qui est passée à la trappe. Autrement dit, il n’y a pas eu de diminution généralisée des prix. Notamment parce que le secteur souffre beaucoup de la récession, plus particulièrement dans le segment du haut de gamme.

Forts de ces deux constats, la Fédération Horeca et l’organisateur du salon Horeca Life (qui se clôture ce mardi à Tour&Taxis) ont planché sur une carte de fidélité. Dont il apparaît qu’elle est bien plus que cela.

Le principe ? Les restaurateurs membres de ladite carte, baptisée "Horeca live", proposent des ristournes qui sont traduites en points et peuvent être "dépensés" lors d’un prochain passage dans un restaurant membre, le même ou un autre. Ces points ne doivent pas être directement réutilisés; ils peuvent aussi être accumulés. Ils ont toutefois une durée de validité de 6 mois (de quoi stimuler la fréquentation). Quant à leur utilisation - et pour qu’un restaurateur ne voie pas tout son bénéfice s’envoler dans une addition entièrement payée en points - ils sont limités à 50 euros ou à 50 % de la note.

"C’est le principe de base", explique Stéphane Vanautgaerden, organisateur du salon Horeca Life et donc initiateur de la carte. "Mais que les membres peuvent adapter en toute liberté. Nous préconisons 5 % sur l’addition, mais ils peuvent aller au-delà, ou en offrir plus sur les boissons "

Pour les aspects sonnants et trébuchants, le client achète 5 € cette carte qui est déjà chargée de 100 points d’une valeur de 10 €. Pour le restaurateur, le coût s’élève à 48 €/mois plus 10 % sur les points donnés ou reçus, "avec un effet levier attendu de 9% de fréquentation en plus". "Ils sont 80 aujourd’hui, devraient être 250 fin décembre et un millier fin 2011, ajoute Stéphane Vanautgaerden. Si chaque resto "vend" la carte à ne fût-ce que 250 clients, cela fait 250000 membres. On peut très vite arriver à ce chiffre." D’autant que contrairement à d’autres cartes de fidélité - les concepteurs lui préfèrent le titre de "carte de loyauté" -, la carte Horeca Live est hébergée dans un terminal qui peut accueillir d’autres applications. "L’objectif est de mutualiser d’autres services et coûts." Comme ? "Un service de réservation en ligne, d’envoi de mailings, la gestion d’avantages donnés aux restaurateurs par les fournisseurs, etc." Et de rêver à ce que les Sodexho et autres Accor l’utilisent pour leurs titres repas. "Quand on sait qu’ils devront, d’ici à 3 ans, équiper quelque 10000 restaurants "

Pour l’heure, c’est la restauration haut de gamme qui est visée. Mais à l’avenir, les petits restos et snacks pourraient également entrer dans la danse. À condition que ça marche. Une grande campagne de publicité sera lancée à partir du 15 octobre, date à laquelle la carte entrera en vigueur. Parallèlement, la Fédération Horeca se dit prête à subventionner les restaurateurs. Non sans continuer à tout faire pour atteindre quand même les vrais 6 % de TVA.