énergie

Le gouvernement wallon n’est toujours pas parvenu à un accord définitif sur l’épineux dossier énergétique. Les partis de la majorité ont néanmoins arrêté quelques grands principes qui devront être transformés en un accord global d’ici jeudi. Les techniciens doivent encore chiffrer le coût de l’ensemble des propositions sur la table avant qu’une décision politique n’intervienne. Pour rappel, l’Olivier doit revoir le soutien à la filière photovoltaïque et mettre en place une tarification progressive de l’électricité.

Dans l’entourage du gouvernement wallon, on confirme qu’une partie de la facture d’électricité des ménages devrait bel et bien être exonérée. Les déclarations de Jean-Marc Nollet, le ministre wallon de l’Energie, au sujet des 500 kWh gratuits, avaient pourtant suscité pas mal d’interrogations du côté de la majorité. On se dirigerait tout de même vers un système dans lequel ceux qui consomment plus paient proportionnellement plus. Reste à voir quelle proportion de la population wallonne paiera pour ceux qui bénéficieront de la mesure. Les indépendants, les propriétaires de pompes à chaleur et de radiateurs électriques devraient néanmoins rester en dehors du système pour éviter de les pénaliser.

En outre, l’actuel mécanisme de soutien au photovoltaïque arrive à échéance à la fin du mois de mars. Pour le remplacer, on se dirigerait plutôt vers un système qui assure un retour sur investissement au bout d’un certain nombre d’années. Au lieu de recevoir des certificats verts, le propriétaire recevrait du cash, en fonction de sa situation personnelle. Plus les revenus sont bas, plus le taux de retour devrait être grand et le temps de retour court. Le soutien via des certificats verts devrait donc être abandonné, comme le préconise la CWaPE, le régulateur wallon de l’énergie. Les certificats verts seraient donc réservés aux autres filières "vertes" comme l’éolien, la cogénération Après Solwatt, le nouveau système sera nommé "Qualiwatt" car il a comme objectif de favoriser les installations de qualité en augmentant les critères requis.

Comment gérer la dette ?

Un autre point important est la gestion de la dette héritée du mécanisme précédent de soutien au photovoltaïque. La CWaPE évalue à 2,5 milliards d’euros la facture du système d’ici 2027. Comme on le pressentait, un changement des règles du jeu en cours de route a été exclu. Il reste maintenant à déterminer comment diminuer le coût de cette facture pour les ménages et les entreprises. Elia, le gestionnaire du réseau d’électricité, a d’ores et déjà commencé à facturer aux particuliers des suppléments en raison de l’obligation de rachat de certificats verts.