La dirigeante de Citigroup, Jane Fraser, interdit au personnel de la grande banque américaine d'organiser des réunions internes sur Zoom le vendredi. Dans un mémo, elle exhorte également les employés à planifier le moins de réunions possible en dehors des heures de bureau normales. 
"L'agitation causée par la pandémie, combinée au travail à domicile, provoque un stress supplémentaire", indique Mme Fraser dans un message au personnel. "Je sais, d'après ma propre expérience et vos commentaires, que les limites de plus en plus floues entre la maison et le travail [...] pèsent lourdement sur notre bien-être", écrit-elle. "C'est insoutenable."

"Vendredis sans Zoom"

Pour alléger la pression, la directrice générale de la banque depuis septembre 2020 a déclaré que les vendredis seraient des "vendredis sans Zoom". Elle a également annoncé que le 28 mai serait un jour de congé pour les 210 000 employés du groupe financier, baptisé "Citi Reset Day".

En raison de la crise du coronavirus, les grandes entreprises examinent s'il sera nécessaire à l'avenir que le personnel vienne au bureau tous les jours de leur semaine de travail. Le constructeur automobile Ford a par exemple informé un grand nombre de ses employés qu'ils pouvaient également travailler à domicile après la pandémie.

Chez Citigroup, le fait de venir au bureau restera important à l'avenir, selon Mme Fraser. Pour rester compétitif, il est important que les collègues se voient régulièrement en personne. C'est pourquoi la banque vise un modèle hybride, où le personnel doit se rendre au bureau trois jours par semaine et peut travailler depuis un autre lieu deux jours par semaine.