Un nouvel opérateur belge né en 2010 qui vient chasser sur les terres de Belgacom ? Les amateurs de football savent qu’il est parfois plus aisé pour un attaquant de se mouvoir sur un terrain quand on est plus petit et plus léger. C’est apparemment la force de l’opérateur télécoms Billi (www.billi.be) qui a lancé la semaine dernière une offre "triple play" très innovante qui prend de vitesse les grands acteurs du secteur. Les anciens petits génies d’e-leven (11) dont les 5000 clients avaient été repris par des concurrents en 2008 suite aux déboires financiers de l’entreprise, ont cette capacité de rebondir vite et d’avancer plus vite que les mastodontes du secteur des télécoms.

Audacieux, ils ne craignent pas d’en faire trop en parlant de "premières mondiales" en matière d’offre télécoms. Mais, qu’en est-il réellement ? Pour Thomas Wallemacq, responsable de la communication chez le courtier télécoms en ligne Astel, "il y a vraiment une innovation marquante dans l’offre de Billi : il s’agit de la web TV qui a déjà été annoncée par les deux grands opérateurs belges, mais qui n’est toujours pas devenue une réalité. Chez Billi, l’annonce jeudi passé a été suivie dans les faits dès le lendemain ! De plus, ils proposent une offre internet préfiltrée, sans virus, et un accès avec contrôle parental. J’ai personnellement testé leur offre qui permet aux clients Billi en téléphone et internet de visionner les émissions de télé sur ordinateur ou smartphone : cela fonctionne parfaitement. On peut regarder dix chaînes : celles de France télévision, la RTBF, France 24 et MTV-Nickelodeon "

La qualité est-elle au rendez-vous ? "Oui, c’est du "streaming adaptatif" qui diffuse l’image en fonction de la qualité du réseau filaire ou wi-fi. Ce n’est donc pas de la HD Mais on peut visionner les programmes des dix chaînes pour lesquelles Billi a négocié les droits spécifiques sur n’importe quelle machine en entrant son identifiant et son mot de passe" .

Quid de la couverture géographique de cette offre télévision ? "C’est, pour le moment, le point faible de l’offre de Billi puisque la diffusion via Internet est limitée à 10 communes bruxelloises et à quelques communes dans les grandes villes wallonnes. Un problème de redevance pour l’accès au réseau de Belgacom, apparemment. Billi doit payer le prix fort pour l’accès aux bornes de l’opérateur de réseau".

Et au niveau des prix ? "Ce n’est pas cher, ce qui a permis à Billi de se voir mise en évidence par la presse spécialisée. Mais si l’on tient compte des frais de location du décodeur (10 €) et du modem (4 €), on est au même niveau que les autres offres les moins chères du marché", assure encore Thomas Wallemacq.