La France a battu en 2006 son record d'exportation de vins et spiritueux, grâce aux résultats "exceptionnels" du champagne et du cognac, ses produits phares, a annoncé mardi la Fédération des exportateurs de vins et spiritueux de France (FEVS).

Ces exportations se sont élevées l'an dernier à 8,74 milliards d'euros, soit 12,9% de mieux qu'en 2005, a indiqué le président de la fédération, Philippe Casteja, devant la presse.

Les champagnes ont retrouvé "le niveau record de 1999" avec des ventes à l'étranger atteignant 2,141 milliards (+14,7%). Quant aux spiritueux, tirés essentiellement par la performance du cognac, ils ont grimpé de 16,4% à 2,555 milliards d'euros.

L'an passé a aussi confirmé la reprise des exportations des vins non pétillants, en particulier dans les catégories de moyenne et haut de gamme.

Les Etats-Unis restent de loin la première destination des exportations françaises de vins et spiritueux. Ils contribuent largement à la croissance des résultats avec 2 milliards d'euros (22,2p), suivis par le Royaume-Uni, deuxième débouché des ventes avec 1,46 milliard, en nette hausse (8,2p) après deux années en retrait.

L'an passé a confirmé la montée en puissance de l'Asie, avec Singapour confirmant son rôle de plaque tournante régionale, la Chine et Hong Kong.

La Russie devient le onzième débouché pour la France, avec une forte progression (26,2p) même si les exportations ont été freinées par une nouvelle législation pénalisant la distribution des boissons alcoolisées.

L'Union européenne ne représente plus "que 47,6p" des exportations françaises, "l'essentiel de ces dernières étant imputables aux pays tiers", a souligné M. Casteja. En 2007, les exportations vers l'Asie, la Russie et les Etats-Unis devraient poursuivre leur croissance, selon la FEVS.