L'avis de mise en vente aux enchères par l'Etat, la Sopima et la SFPI (Société fédérale de participations et d'investissements) de 90 pc des actions de la société immobilière Fedimmo à constituer est paru hier matin dans la presse. Un avis qui enterre complètement ce qui aurait dû devenir la sicafi de l'Etat, tout en parvenant à faire entrer au budget 2006 une bonne partie des 600 millions d'euros qui y avaient été inscrits.

Les 62 immeubles dévolus à la sicafi, d'une valeur d'investissement de 574 642 000euros, basculeront donc dans Fedimmo. L'opération se déroulera en trois temps : constitution de la société; entrée de l'actionnariat privé; conclusion des baux relatifs aux immeubles qui sont occupés par l'Etat (le montant total annuel des loyers s'élève à plus de40 millions d'euros). Un ordre chronologique qui surprend certains observateurs, la conclusion des baux devant intervenir, selon eux, avant l'entrée de l'actionnariat privé...

Toujours est-il que le temps presse. Les offres doivent être remises le 22 décembre entre 9 et 11 heures, et le paiement réalisé au plus tard le 29 à midi.

Quant aux candidats, le marché pointe d'emblée les 3 soumissionnaires à l'ex-sicafi de l'Etat, Cofinimmo, Befimmo et Axa. Voire même le 4e, l'Allemand IVG, qui avait été écarté quelques semaines avant la date butoir. Des fonds étrangers, dit-on, pourraient également s'y intéresser : la masse critique est, en effet, suffisante pour écumer loin. Mais pour eux, le temps presse plus encore : il leur faut visiter les immeubles, faire un audit, etc. Ce qui est sûr c'est que l'Etat privilégiera la meilleure offre, mais également celle qui lui permettra de "se débarrasser" d'un coup de cet encombrant patrimoine.