"Nous voulons réduire aussi vite que possible le nombre d'agences de 500 à environ 400", a déclaré le responsable de la banque de détail du groupe, Philipp Gossow, lors d'une conférence organisée par le quotidien Handelsblatt à Francfort.

Les plans de la banque doivent encore faire l'objet de discussions avec le comité d'entreprise.

Les emplois qui seront perdus dans les agences concernées font partie des 18.000 suppressions d'emplois déjà annoncées par le président du directoire, Christian Sewing, en juillet 2019 dans le cadre de la nouvelle stratégie du groupe.

Selon M. Gossow, les clients acceptent plus que dans le passé de recourir aux services bancaires en ligne et mobile.

Ces services ont augmenté de 7% pendant la période de confinement liée à la pandémie, a précisé un porte-parole de la banque à l'AFP.

La banque compte sept centres régionaux en Allemagne dédiés au conseil à distance de la clientèle.

Les clients de Deutsche Bank pourront à l'avenir davantage procéder à des opérations courantes dans le réseau des quelques 800 agences de la filiale Postbank, après un long chantier d'intégration avec la maison-mère.

En Allemagne, l'ensemble des caisses d'épargne, coopératives et banques privées ont fermé plus de 10.000 agences en 15 ans, leur nombre passant à 27.000.

Dans toute l'Europe, les banques taillent dans leur présence physique du fait de la bascule vers le numérique.

La banque suédoise Handelsbanken a ainsi annoncé la semaine passée la fermeture de près de la moitié de ses agences et la suppression d'un millier d'emplois en Suède.