Le géant britannique de la téléphonie mobile Vodafone a annoncé mardi une division par deux de son bénéfice sur l'année qui vient de s'écouler, victime de dépréciations importantes, notamment en Espagne. En réponse, il va accélérer son programme de réductions de coûts. Vodafone a révélé que son bénéfice net part du groupe avait baissé de 53,8 % sur l'année achevée le 31 mars, à 3,078 milliards de livres (3,5 milliards d'euros), tandis que son chiffre d'affaires progressait nettement, de 15,6 % à 41,02 milliards. Une progression liée en partie au taux de change favorable.

Le sévère recul du bénéfice est lié à d'importantes dépréciations d'actifs, 5,9 milliards de livres au total, dont 3,4 milliards en Espagne, 2,25 milliards en Turquie, où l'activité ne décolle pas bien, et au Ghana (250 millions de livres) après l'acquisition l'an dernier de Ghana Telecom. En Espagne, où le chiffre d'affaires à périmètre et change constants a baissé de 4,9 % sur l'année écoulée, les sévères dépréciations sont dues aussi à la crise de l'immobilier, qui a contraint un grand nombre de travailleurs émigrés de quitter le pays. Vodafone, qui avait 303 millions de clients dans le monde au 31 mars, a remarqué que le chiffre d'affaires européen avait baissé de 1,7 % à change et périmètre constants. Il a augmenté de 19 % en Asie Pacifique Moyen-Orient, en particulier grâce à l'Inde. En Afrique et Europe centrale, il a augmenté de 3,9 %, la forte croissance de la filiale sud-africaine Vodacom étant atténuée par la Turquie. Vodafone s'est aussi félicité d'une hausse de 44,7 % du bénéfice de Verizon Wireless, qu'il possède aux Etats-Unis avec Verizon.

Le groupe a remarqué que le chiffre d'affaires de la transmission de données avait augmenté de 43,7 % l'an dernier, à 3 milliards de livres. Pour l'année qui vient de commencer, Vodafone a émis des perspectives prudentes, avec des dépenses en capital stables et un bénéfice d'exploitation ajusté compris entre 11 et 11,8 milliards de livres contre 11,8 milliards de livres pour l'année qui vient de s'écouler. Pour faire face aux risques, dans une année qui s'annonce encore "difficile", Vodafone a indiqué que son programme de réduction des coûts de un milliard de livres avait accéléré, et que 65 % devraient être achevés sur l'année financière entamée le 1er avril. Initialement, Vodafone voulait en achever 50 % cette année. (AFP)

© La Libre Belgique 2009