Ouf ! Les travailleurs de l'usine Volkswagen à Forest ont finalement accepté à une large majorité, lors d'un référendum organisé mardi, le plan de la direction allemande visant à garantir l'avenir du site bruxellois. On avait pourtant craint le pire lundi car le personnel de l'usine était parti en grève pour protester contre le projet du constructeur allemand. Celui-ci garantit le maintien de 2 200 emplois, des volumes de production des marques VW et Audi (84 000 voitures par an), entre 2007 et 2009 et au-delà de cette date, la construction de l'Audi A1 en exclusivité pour le groupe. En échange de quoi, le constructeur exige une réduction des coûts de 20 pc via un allongement du temps de travail de 35 à 38 heures sans compensation salariale ainsi qu'une flexibilité accrue du travail.

"L'acceptation de ce plan, rappellent en choeur la direction belge et les syndicats, était pour Audi une condition sine qua non pour un engagement durable envers le site de Bruxelles ." Un vote négatif aurait fait resurgir le spectre d'une fermeture pure et simple du site forestois. Plus de trois quarts (76 pc exactement) des 2 060 travailleurs qui ont participé au vote ont donc répondu "oui" à l'unique question qui leur était posée : " Etes-vous d'accord ou pas pour poursuivre (l'activité) avec Audi ? "

Les syndicats et la direction qui avaient déjà paraphé lundi soir l'accord ne cachaient pas leur soulagement, à l'issue du vote. " C'est un pas important pour l'usine de Forest , a commenté Norbert Steingräber, le directeur de l'usine. On crée ainsi ici à Bruxelles les conditions nécessaires pour assembler des modèles attrayants et modernes. En particulier, on peut se réjouir qu'avec 2 200 emplois ac tuellement garantis, le nombre de postes de travail maintenus est nettement plus élevé qu'initialement prévu."

Pour rappel, le 21 novembre dernier, la direction avait annoncé la perte de 4 000 emplois sur les 5 400 que comptait l'entreprise.

Du côté politique, l'accord a aussi été salué. "Aujourd'hui commence l'avenir de la nouvelle usine Audi à Bruxelles", s'est réjoui le ministre de l'Emploi, Peter Vanvelthoven.

Même satisfaction de la part de Benoît Cerexhe, le ministre bruxellois de l'Emploi et président de la cellule de crise VW : " Ce vote permettra de pérenniser sur le site une activité industrielle importante. Il en va de l'avenir de plusieurs milliers de travailleurs et de familles." Aux anges également, le Premier ministre Guy Verhofstadt espère, pour sa part, rencontrer rapidement les deux hauts dirigeants allemands de VW, Ferdinand Piëch et Martin Winterkorn, pour discuter de la finalisation du projet d'une usine Audi à Forest.

Cet accord signifie par ailleurs l'approbation du plan social dans son ensemble (primes de départ et prépensions). La cellule de reconversion pourra, à présent, être mise en place pour accompagner les travailleurs qui auront perdu leur emploi dans cette restructuration.