VW Forest toujours dans le brouillard

Entreprises & Start-up

S.Vdd.

Publié le

VW Forest toujours dans le brouillard
© BELGA

L'avenir de l'usine Volkswagen (VW) Forest est toujours dans le flou total. Les syndicats du site bruxellois, où la direction a annoncé la suppression de 4 000 emplois, espéraient obtenir lundi, des informations lors de la réunion de la Fédération européenne des métallurgistes (FEM) à laquelle participait le président du conseil d'entreprise européen de VW, Bernd Osterloh. Mais leurs espoirs ont été vains.

Certes, leurs collègues des autres sites européens leur ont assuré qu'ils étaient solidaires avec les travailleurs de Forest. "Nous demandons à la direction de donner rapidement des indications claires sur le plan industriel du site de Forest mais aussi sur celui des autres usines du groupe en Europe", a déclaré Peter Sherrer, le secrétaire général de la FEM à l'issue de la réunion. Mais à part ces déclarations, les syndicats belges n'en savent toujours pas plus sur l'avenir du site bruxellois. "Les représentants d'IG-Metall (NdlR : le syndicat allemand actionnaire de VW qui siège au conseil de surveillance) nous ont certifié qu'ils avaient bloqué la restructuration à Forest en soulignant que c'était la direction du groupe qui avait procédé à cette annonce. Selon eux, il n'y a donc toujours pas de décision officielle. On ne sait plus quoi penser", commentaient, hier soir, déçus, Guy Daneel et Pascal Van Cauwenberge au nom de la CSC Metal. "Nous ne savons toujours pas officiellement combien de Polo on assemblera en 2007 et 2008 à Forest. On parle de 60 000 mais d'où viendront-elles ?", déplorait Stefaan Van Bockstaele de la CGSLB.

Les syndicats n'ont pas reçu davantage d'informations sur la production de la nouvelle Audi A1, qui, selon la presse allemande (LLB d'hier) pourrait être produite à Bruxelles, à raison de 70 000 à 100 000 véhicules par an dès 2009. La direction de VW Forest devrait en dire plus à ce sujet ce mardi, lors d'un conseil d'entreprise. "Durant cette réunion, on devrait aborder entre autres des alternatives économiques pour l'usine. Parmi celles-ci figure aussi l'idée d'un nouveau produit susceptible d'être assemblé chez Volkswagen Bruxelles", a indiqué Jos Kayaerts, le directeur du personnel de VW Forest.

Le Premier ministre Guy Verhofsatdt - qui rencontrera les syndicats ce mercredi soir -, doit, dit-on, avoir des contacts à ce sujet avec Martin Winterkorn, le patron de la marque Audi qui prendra la tête de VW en janvier.

Questionné sur ce projet, Bernd Osterloh a déclaré qu'aucune décision n'avait encore été prise. "La question des coûts sera centrale", a-t-il toutefois précisé faisant référence à l'Allemagne, où une réduction des coûts de 20 pc a été décidée. Selon lui, la balle est dans le camp de la direction et des syndicats belges. "On veut bien discuter mais pas à n'importe quel prix", a d'ores et déjà prévenu Manu Castro de la FGTB.

Les syndicats ont, en outre, décidé de préparer des "alternatives" avec l'aide d'experts en vue de la réunion du conseil d'entreprise européenne prévue le 7 décembre en Allemagne.

En tout cas, une chose est sûre, ont prévenu les syndicats : la grève se poursuivra à VW Forest tant que le personnel n'aura pas reçu d'informations claires.

© La Libre Belgique 2006

A lire également

Libre ECO

Immobilier pour vous