Le groupe automobile allemand Volkswagen n'a pas l'intention de prendre une participation dans Porsche, le constructeur haut de gamme qui vient d'entrer dans son capital et va devenir son principal actionnaire, a déclaré mardi son patron. «Je ne verrais pas beaucoup de sens à acheter des actions sans droit de vote», a déclaré le président du directoire de Volkswagen Bernd Pischetsrieder lors d'une conférence téléphonique réservée à des analystes.

Seules les actions préférentielles de Porsche, non assorties de droits de vote, sont disponibles à la vente, a-t-il rappelé. Les titres avec droits de vote sont détenus par la famille Porsche et celle de Ferdinand Piëch, qui est par ailleurs président du conseil de surveillance de Volkswagen.

Porsche s'est assuré une participation de 18,53pc du capital de Volkswagen, avec une option sur 3,40pc supplémentaire. Il est ainsi en passe de devenir le premier actionnaire du groupe devant l'Etat fédéral de Basse-Saxe (18,2pc), une arrivée «saluée» lundi soir par le conseil de surveillance de VW. L'objectif consiste à approfondir les coopérations entre les deux constructeurs, mais aussi à protéger VW contre un éventuel raid hostile.

M. Pischetsrieder a insisté sur la logique financière de son accord avec Porsche, soulignant qu'il va se traduire par une baisse des coûts de recherche et de développement.

La stratégie globale de Volkswagen ne sera pas affectée, a-t-il précisé. L'accord avec Porsche n'est nullement exclusif et n'empêche pas la société de continuer à discuter sur d'autres projets, notamment avec le géant germano-américain DaimlerChrysler.

© La Libre Belgique 2005