Wal-Mart Stores n’a cessé de progresser durant la crise, son cours atteignant un record en plein cœur de celle-ci, en novembre 2008. Ses implantations hors des Etats-Unis en ont particulièrement bénéficié. De nouvelles formules de vente sont essayées par le groupe en Chine, où il emploie 50 000 personnes.

La période qui vient sera particulièrement éclairante sur l’évolution de la société : le 21 décembre seront publiées les ventes au détail américaines pour le troisième trimestre, le 23 décembre ce seront l’indice de l’université du Michigan sur la confiance des consommateurs et les dépenses des ménages. Et l’activité commerciale de fin d’année pourra être jaugée "de visu". L’exercice 2007 (clôturée pour la société le 31 janvier 2008) avait été déjà atypique. Alors que cette année-là éclatait l’affaire du "subprime", le bénéfice net par action de Wal-Mart explosait à 3,13 dollars contre 2,63 dollars en 2006. La progression était marquée surtout dans les pays émergents, comme la Chine, le Brésil et l’Argentine.

L’international allait être moins vaillant en 2008, mais le bénéfice net par action a continué à augmenter à 3,35 contre 3,13 dollars. Les prix bas systématiquement pratiqués par la firme ont attiré les clients dont le pouvoir d’achat s’était réduit, et Wal-Mart a pu accroître ses parts de marché. L’exercice est resté dynamique jusqu’au bout, les ventes de janvier 2009 ayant dépassé les prévisions.

Cette année-ci, le chiffre d’affaires a continué à croître de façon lente, mais régulière. La firme y aura engagé quelque 22 000 personnes. C’est significatif.

Le consensus des analystes financiers attend un bénéfice net par action en nouveau progrès à 3,61 contre 3,35 dollars. En 2010, on passerait à 3,97 dollars. Comme, en outre, l’action Wal-Mart n’est pas chère, les analystes sont très positifs : sur trente d’entre eux, plus de la moitié, soit dix-sept, recommandent d’acheter, cinq disent d’accumuler, sept de conserver, un de réduire et aucun de vendre. HSBC a augmenté son objectif de cours à 61 dollars contre 58 dollars, et conseille de surpondérer la valeur. Janney Montgomery Scott prévoit que la société surclassera la moyenne du marché. Il est acheteur. Plus prudent, Bloomberg s’attend à une performance égale à celle du marché, mais il est vrai que ce dernier devrait croître.

La direction de la firme espère que les consommateurs aujourd’hui attirés par les prix bas seront désormais clients fidèles.