Vers 14H55 GMT, le Dow Jones Industrial Average (DJIA) reculait de 239,90 points, à 8.630,64 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 37,71 points, à 1.579,03 points.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 cédait quant à lui 2,80% (25,76 points), à 893,45 points. Lundi, Wall Street avait baissé, plombée par un regain d'inquiétudes pour l'avenir des entreprises, General Motors en tête, malgré le plan annoncé par la Chine pour relancer son économie: le Dow Jones avait perdu 0,82%, le Nasdaq 1,86% et le S&P 500 1,27%.

La Bourse de New York a ouvert en nette baisse mardi, dans un marché qui reste focalisé sur les difficultés des entreprises face à la crise.

"Les craintes de récession mondiale sont de retour sur le devant de la scène, reléguant au second plan les efforts des gouvernements pour endiguer les difficultés", a estimé Jason Kunkel, de la société de recherche Moody's Economy.com.

Avec un agenda vierge de toute statistique économique et avec une activité réduite pour cause de jour semi-férié du 11 novembre ("Veterans day"), le marché newyorkais se concentrait sur les entreprises, qui subissent de plein fouet les effets de la crise.

Première source d'inquiétude: le constructeur automobile General Motors, qui a besoin d'une aide d'urgence des autorités pour éviter la faillite, selon son PDG Rick Wagoner. Après une chute de 22% lundi, son action plongeait encore de 9,29% à 3,05 dollars.

Parmi les autres sociétés sur lesquelles s'interrogent le marché, la chaîne de cafés Starbucks a publié un bénéfice très faible pour le quatrième trimestre et le producteur d'aluminium Alcoa a annoncé une nouvelle baisse de sa production pour faire face au ralentissement du marché.

Côté distribution, les chaînes de magasins américaines ont vu leurs ventes baisser de 1,0% pendant la semaine dernière, après deux semaines de progression. Le marché obligataire était fermé.