Entreprises & Start-up

La Bourse de New York réduisait ses pertes vendredi en matinée, se maintenant cependant en nette baisse, les investisseurs s'inquiétant des conséquences des difficultés financières de l'émirat de Dubaï: le Dow Jones perdait 1,47% et le Nasdaq 1,63%.

Les échanges s'arrêteront à 13H00 locales (18H00 GMT), et le volume d'échanges devrait rester très faible au lendemain du jour férié de Thanksgiving. Vers 15H30 GMT le Dow Jones Industrial Average abandonnait 153,34 points à 10.311,06 points et le Nasdaq, à dominante technologique, 35,54 points à 2.140,51 points. L'indice élargi Standard & Poor's 500 cédait lui 1,62% (18,02 points) à 1.092,61 points. Wall Street était fermée jeudi à l'occasion de Thanksgiving, et c'était sa première réaction aux inquiétudes provoquées par la situation de Dubaï, qui ont déjà fait vasciller ses homologues européennes et asiatiques. L'émirat a demandé mercredi un moratoire de six mois sur le remboursement des 59 milliards de dollars de dettes d'une de ses entreprises publiques-clés, Dubai World. Cette annonce a suscité des craintes sur une possible faillite de cet émirat, et plus légèrement, sur un "redémarrage d'une crise mondiale de la dette", a estimé Scott Marcouiller, de Wells Fargo Advisors. "Nous ne pensons pas que ce soit le cas, mais c'est le genre de situation qui peut entraîner le marché dans une correction dont il a bien besoin", a-t-il ajouté.

En baisse de plus de 2% dans les premiers échanges, le Dow Jones a ensuite légèrement réduit ses pertes, mais les 30 valeurs le composant restaient dans le rouge. "L'annonce (de Dubai World) a suscité des inquiétudes sur (sa) situation financière et éventuellement sur les autres marchés émergents, ce qui provoque aussi des craintes sur l'impact qu'elle pourrait avoir sur certains pays développés exposés à la dette de la région", ont noté de leur côté les analystes de Charles Schwab. Les valeurs bancaires étaient touchées, sans plonger, l'indice S&P les représentant perdant 1,45%. Bank of America perdait 1,76%, JPMorgan Chase 1,40%, la banque d'affaires Goldman Sachs 2,15%.

Les valeurs énergétiques suivaient les cours de l'or noir, qui plongeaient d'environ 5% à New York. Le pétrolier ExxonMobil cédait 1,84%, son concurrent Chevron 1,52%. L'attention se portait également sur le secteur de la distribution en raison du "Black friday", lancement de la saison des achats de Noël. S'il était difficile de mesurer la tendance dès vendredi, elle est attendue avec nervosité alors que la consommation des ménages américains reste affaiblie. L'action des grands magasins Macy's baissait de 2,62%, la chaîne spécialisée dans l'électronique Best Buy de 0,60%, et le site marchand Amazon.com de 1,72%.

Mercredi, le Dow Jones avait fini au plus haut depuis début octobre 2008 grâce à des indicateurs meilleurs que prévu aux Etats-Unis. Il avait gagné 0,29%, le Nasdaq 0,32% et le S&P 500 0,45%. Le marché obligataire, refuge de l'investisseur inquiet, montait. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans reculait à 3,238% contre 3,279% mercredi soir et celui du bon à 30 ans à 4,226% contre 4,257% la veille.