Dans WoW, dont la première sortie remonte à novembre 2004 en Amérique du Nord et à février 2005 en Europe, le joueur est invité à créer son personnage parmi huit races divisées en deux factions ennemies, l'Alliance et la Horde, avant de le faire évoluer dans un monde médiéval fantastique baptisé Azeroth, où il peut s'allier avec d'autres adeptes pour combattre ses opposants.

Commercialisé dans 23 pays, "Wrath of the Lich King" ("La colère du roi-liche"), réalisé par plus de 125 développeurs du studio Blizzard, permettra aux joueurs déjà en possession du logiciel de base "World of Warcraft" d'agrandir cet univers virtuel, en mettant à leur disposition un nouveau continent froid et inhospitalier, baptisé Norfendre, où règne le roi-liche, Arthas Menethill. Les acquéreurs de cette extension pourront également faire progresser les capacités de leur personnage, qui déterminent notamment leur puissance, mais aussi découvrir une nouvelle classe de héros surpuissante, les "Chevaliers de la mort", réservée aux passionnés ayant le plus avancé dans l'aventure.

"Notre jeu fonctionne car il est à la fois facile d'apprendre à y jouer mais il est très difficile à maîtriser complètement. Il s'adresse à tous les publics. Même une grand-mère peut y jouer", explique dans un entretien à l'AFP le producteur senior du logiciel, John Lagrave. Fort des ventes réalisées par la première extension de son jeu, "The Burning Crusade" ("La croisade enflammée"), qui s'était écoulée à 2,4 millions d'exemplaires lors de sa seule première journée de commercialisation en janvier 2007, Activision Blizzard a prévu un lancement gigantesque pour son nouveau titre.

Des dizaines de magasins, décorés aux couleurs de "World of Warcraft", doivent ouvrir leurs portes à 0h01 (heure locale) dans la nuit de mercredi à jeudi, sur les continents européen et américain, pour permettre aux joueurs les plus pressés, qui pour certains attendaient depuis mercredi matin devant leur revendeur, de débourser les 35 EUR, ou leur équivalent, nécessaires à l'acquisition de la nouvelle extension.

A Paris par exemple, deux enseignes de l'avenue des Champs-Elysées étaient parées des attributs de l'Alliance ou de la Horde, dans une mise en scène reconstituée du conflit qui oppose ces deux factions. "Nous attendons depuis 8h du matin. Nous sommes ici pour être les premiers à acheter le jeu. Quand nous sommes arrivées, ils étaient encore en train d'installer les barrières", expliquaient mercredi soir Alexandre Laurent, 19 ans, et Christian Le Roux, 18 ans, devant un magasin de l'avenue parisienne.

Pour cette sortie, le rituel est en effet partout le même: les dirigeants de la société américaine font le déplacement dans les principales villes du monde pour rencontrer les passionnés et dédicacer les exemplaires vendus à minuit. Exclusivement jouable en ligne, World of Warcraft nécessite un abonnement, d'un montant variant selon les pays et dégressif en fonction de sa durée: de 11 à 13 euros par mois en Europe, de 13 à 15 dollars aux Etats-Unis.

"World of Warcraft" domine très largement le marché des jeux de rôle en ligne, même si Orange (France Télécom) a annoncé en septembre dernier relever le gant en lançant un jeu concurrent, développé par Mythic Entertainment, studio de l'éditeur américain Electronic Arts, "Warhammer Online".