Un tribunal de Washington a révoqué l'inscription de Xiaomi par le ministère américain de la défense sur la liste NDAA (National Defense Authorization Act) des entreprises militaires communistes chinoises, rapporte Xiaomi, qui a également communiqué officiellement la nouvelle à la Bourse de Hong Kong. Selon l'entreprise technologique, cela signifie que "les investisseurs ayant la citoyenneté américaine seront autorisés à conserver leurs actions/propriétés dans Xiaomi et seront également autorisés à investir à nouveau dans l'entreprise technologique depuis l'Amérique."

L'inscription de Xiaomi sur la liste noire avait, entre autres, interdit aux investisseurs américains d'acheter des actions de la société. En mars, un juge avait déjà suspendu temporairement la mesure et exprimé dans son jugement des doutes importants sur la légalité de l'action contre Xiaomi. Le ministère n'avait pas justifié correctement la sanction et avait outrepassé ses pouvoirs, avait-il alors déclaré. Récemment, le ministère américain de la défense s'est montré disposé à supprimer entièrement cette mesure.

Ces sanctions sont intervenues après que le ministère américain de la défense a accusé Xiaomi d'entretenir des liens étroits avec l'armée chinoise. Une accusation que l'entreprise de smartphones a immédiatement rejetée.

Sous l'ancien président américain Donald Trump, le conflit commercial avec la Chine s'était intensifié. Trump avait pris des mesures entre le géant chinois des smartphones Huawei, l'application vidéo TikTok et le service de chat WeChat, entre autres.