Voici un premier point négatif pour le "Plan prioritaire bis" ("PP II") du gouvernement wallon visant à dégager des hectares de terrains pour l’activité économique. Dans un document dont nous avons eu connaissance, Inter-Environnement Wallonie (IEW) donne un avis négatif sur plus de 70 % des 38 projets de zonings élaborés dans le cadre du Plan et portés par les différentes intercommunales de développement économique réparties en Wallonie. L’organisation non gouvernementale régionale, qui rassemble plus de 150 associations actives en Wallonie, rejette certains projets car ils concernent de grandes zones agricoles. C’est notamment le cas des projets d’extension de zonings prévus aux Hauts-Sarts (à Juprelle et Herstal) par l’intercommunale de développement économique SPI+, à Liège. D’après IEW, concrétiser ces projets risque de sacrifier les dernières grandes zones agricoles au nord de Liège.

D’autres projets des dirigeants de l’intercommunale liégeoise ne trouvent pas grâce aux yeux de l’ONG wallonne, car les sites présentent un intérêt paysager (Bernister et Ster). Inter-Environnement Wallonie donne aussi un avis négatif à un projet porté par l’intercommunale Igretec sur l’aéropôle de Charleroi, considérant que le sous-sol est contraignant et que la zone revêt un intérêt paysager. " La zone Igretec est suffisamment urbanisée pour permettre de trouver des hectares à recycler vers Sambreville et Châtelineau ", indiquent les dirigeants d’IEW.

Des projets élaborés par l’intercommunale IEG sont également recalés, notamment sur la zone Moulin Rouge et à la Croix Rouge ou encore aux Quatre-Rois. " Captage menacé, le projet déséquilibre complètement l’économie des plans de secteur et enclave les riverains " pour la Croix Rouge, " sous-sol sensible (et) création mastodontique dans un lieu de haute valeur agricole " pour le Moulin Rouge. Des projets d’Ideta sont rejetés par IEW car ils portent sur une zone archéologiquement intéressante et entament radicalement une zone agricole. Des critiques sont également formulées à l’égard des projets défendus par Bep (Namur, Dinant) et Idea ou encore par Idelux. " Nous ne pouvons encourager un développement de ce site déjà en porte-à-faux ", tranche IEW pour un projet porté par Idelux à Marche. Seul un des cinq projets défendus par l’intercommunale de la province de Luxembourg recueille un avis neutre de la part d’IEW. Elle juge d’ailleurs le projet d’Idea à Soignies d’" aberration complète ".

En fait, sur les 42 projets qui sont dans la liste, seuls 11 recueillent un avis "neutre" de la part de l’organisation de défense de l’environnement. Et, de surcroît, IEW a assorti ses avis neutres de conditions.

Au cabinet du ministre wallon de l’Aménagement du territoire, on estime que l’avis d’IEW est un avis parmi ceux que doivent donnés des membres du comité d’accompagnement des zones de développement d’activité économique. Sont également membres du comité la Fédération wallonne de l’agriculture (FWA), l’Agence wallonne à l’exportation et aux investissements étrangers (Awex) ou encore l’Union wallonne des entreprises (UWE).

C’est en juillet 2008 que le gouvernement wallon a adopté le Plan prioritaire bis de création de zones d’activité économique. Cette adoption constituait une étape préalable à la modification du plan de secteur et visait à répondre à la demande toujours croissante de terrains dédicacés à l’activité économique.

Avec une liste de sites potentiels, le "PP II" couvre une surface totale d’environ 2 000 hectares répartis sur 38 zonings.

La Déclaration de politique régionale (DPR) prévoyait une évaluation du "PP II". En juin dernier, cette tâche a été confiée à la Cellule de développement territorial avec, comme échéance de l’évaluation, le mois de septembre. Il y a donc déjà du retard dans l’air, et si les autres acteurs du comité d’accompagnement adressent un avis aussi négatif que IEW, les nouveaux zonings ou les extensions des zones d’activités existantes ne sont pas près de se concrétiser.