Batibouw 2015 sera-t-il un grand cru? Voici les "plus" et les "moins"

Le salon de la construction, de la rénovation et de l’aménagement se donne donc onze jours pour faire le plein. Avec quelles attentes de la part des visiteurs? Voici les points positifs et les points négatifs de cette 56e édition.

Batibouw 2015 sera-t-il un grand cru? Voici les "plus" et les "moins"
©Jean Luc Flemal
C.M.

Le salon de la construction, de la rénovation et de l’aménagement se donne donc onze jours pour faire le plein. Avec quelles attentes de la part des visiteurs? Voici les points positifs et les points négatifs de cette 56e édition.


 

Pourquoi Batibouw 2015 sera un grand cru

Les taux sont hyper bas. "Et il y a plus de probabilités qu’ils augmentent qu’ils ne baissent encore" , précise Jean-Pierre Liebaert, de la Confédération Construction.

L’épargne peine à trouver de l’intérêt. Les comptes regorgent d’épargne. De l’ordre de 250 milliards d’euros ! "C’est énorme. Au lieu de les laisser vivoter, certains pensent qu’il vaut mieux les investir dans leur logement" , ajoute Geert Maes, directeur de Batibouw

Les prix de l’énergie… vont remonter. "La facture sera alors salée, note Jean-Pierre Liebaert. Il est donc intéressant de faire des investissements maintenant."

La brique belge n’est pas surestimée. Si elle l’est, et c’est la Banque nationale qui le dit, c’est seulement de 3,6 %. "Ce qui devrait rassurer les investisseurs et les candidats à l’achat, à la rénovation, à l’amélioration de leur logement" , indique encore Jean-Pierre Liebaert.

Il y a matière à investir. "Sur les 3 millions de logements que porte la Belgique, poursuit Geert Maes, la moitié a plus de trente ans, et n’est donc pas correctement isolée (murs, vitrages) ou chauffée. Or, la diminution de l’empreinte écologique est un sujet dont tout le monde parle."

La TVA pour les rénovations reste réduite, mais l’étau se resserre. "Les travaux de rénovation aux bâtiments de plus de 5 ans bénéficient du taux de TVA réduit (6 %) jusqu’à la fin de cette année, indique Jean-Pierre Liebaert. A partir du 1er janvier 2016, la réduction ne vaudra que pour ceux qui ont 10 ans d’âge."

Hors des congés scolaires. Les vacances de Carnaval n’empiètent ni sur le premier, ni sur le dernier week-end du salon, comme cela s’est vu l’an dernier.

Davantage de "conditions Batibouw". Plus que les années précédentes, les exposants mettent en avant, dans leur communication, les conditions qu’ils pratiquent à Batibouw. "Les ventes sont compliquées, difficiles, insiste Geert Maes, et ils sont de plus en plus nombreux à utiliser la tortue pour booster leurs ventes. Les conditions salon sont plus fortes et plus visibles qu’avant : ristournes, gratuité du placement, briques, cuisine, accessoires en cadeau…" L’organisateur réunit d’ailleurs ces conditions dans un chéquier distribué sur place d’une valeur totale de 50 000 euros d’avantages.


Pourquoi Batibouw 2015 ne sera pas un grand cru

Pas sans projet concret. "Batibouw, n’est pas le Salon de l’auto, indique d’emblée Geert Maes, directeur de Batibouw. Même si vous n’avez pas l’intention d’acheter une voiture, vous irez au Salon de l’auto parce que vous aimez les ‘belles bagnoles’. A Batibouw, 85 % des visiteurs se déplacent parce qu’ils ont un projet concret de construction, de rénovation, d’aménagement…" Mais encore faut-il en avoir un. Et l’argent pour le mener…

Les banques ne sont pas prêteuses. "Il faut que les banques jouent le jeu et prêtent l’argent nécessaire" , ajoute le directeur du salon. Ce qui n’est pas assuré. "Depuis 2008, elles respectent un cadre prudentiel plus strict, confirme Jean-Pierre Liebaert, de la Confédération Construction. Notamment en exigeant plus de fonds propres."

Surtout pas de soleil… La couleur du ciel est considérée comme "le" facteur de base qui détermine si un salon sera ou ne sera pas un bon cru. Il est trop tôt pour s’avancer, mais, au terme de la première journée, jeudi, ce que Geert Maes considère comme le scénario optimal n’est pas rencontré. "Si je pouvais choisir, je prendrais du gel pour jeudi et vendredi, les deux journées réservées aux professionnels; car par temps de gel, ils ne travaillent pas sur les chantiers et peuvent donc venir à Batibouw. Pour la suite, ni gel, ni neige, ni tempête et, surtout, pas de soleil ! Non, le mieux serait un bon petit crachin, qui incite les visiteurs à venir se promener dans les palais du Heysel."

Baisse de régime des primes. "Le Belge n’est pas ‘vert’ de nature et les primes peuvent être des motivations importantes, ajoute le directeur du salon. La diminution du budget que leur allouent les Régions - de même que l’embargo sur les primes wallonnes jusqu’au 31 mars - est dommageable. Mais dans un premier temps seulement. Il y a eu tant d’excès dans le passé - où l’on a vu des panneaux solaires installés sur les toits de maisons qui n’étaient même pas isolées - que ce resserrement, réaliste, aura, dans un second temps, tout son poids." "Mais qu’on ne s’y trompe pas, le soutien public aux investissements dans la rénovation énergétique est toujours là" , tempère Jean-Pierre Liebaert.

Sur le même sujet