"L'image du notaire qui gagne excessivement bien sa vie ne reflète pas la majorité"

"L’immobilier représente plus de la moitié des revenus d’une étude"
©Bauweraerts Didier
Renaud Grégoire (48 ans) est certes le porte-parole francophone de FedNot, la Fédération royale du notariat, mais il est avant tout notaire. “Je viens du sérail”, reconnaît-il. Un père et un grand-père notaires. Un frère, aussi, avec lequel il est associé depuis une quinzaine d’années au sein de leur étude située à Wanze (près de Huy). “Cela s’est imposé à moi”, reconnaît-il, sans lui permettre pour autant d’échapper aux études de droit et de notariat et, surtout, au concours. “Un passage obligatoire qui n’est pas évident. Si le fait...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet