Ce qui change en Wallonie en matière de primes "énergie"

Ce qui change en Wallonie en matière de primes "énergie"
©pexels

Cette fin de législature en Wallonie ravira tous ceux qui envisagent de réaliser des travaux d’isolation dans leur logement. Les ministres libéraux Crucke (Énergie) et de Bue (Logement) ont présenté, jeudi, les modifications du système actuel, qu’ils comptent mettre en place dans les semaines qui viennent. "Nous avons décidé de réformer le système de primes pour encourager les citoyens wallons à procéder à des travaux qui permettront une plus faible consommation énergétique. Le secteur des bâtiments, résidentiels et tertiaires, est, en effet, responsable de plus de 20 % des émissions de gaz à effet de serre en Wallonie", expliquent les deux ministres. Au rayon des nouveautés importantes, citons la fin du plafond de revenu pour avoir accès aux primes. Il était jusqu’à présent de 97 700 euros par an pour un ménage - l’importance de la prime reste soumise au revenu annuel (quatre catégories). Concrètement, que faudra-t-il faire ?

1 Réalisation d’un audit et introduction de la demande

Les travaux devront toujours être listés dans un ordre de priorité avec l’aide d’un auditeur. Auparavant, il était possible d’avoir recours à un estimateur public (issu de l’administration). À l’avenir, ce ne sera plus possible. "Plus nombreux et spécialisés dans le secteur de la rénovation, la procédure sera moins longue." Le formulaire de demande de prime est à envoyer à l’administration wallonne. C’est une demande unique : tant pour la prime audit que pour tous les travaux qui suivront.

2 Paiement de la prime

Une prime d’un montant maximal de 660 euros sera versée par la Région afin de rembourser une partie du prix de l’auditeur.

Précisons qu’outre les primes qui existent déjà (toitures, pompes à chaleur, murs instables, solaire thermique, etc.), de nouvelles apparaissent. Pour le revitrage, l’installation d’un poêle biomasse local ou pour le VMC (NdlR : système de renouvellement de l’air). La dernière nouveauté concerne la possibilité pour les propriétaires-bailleurs d’avoir accès à ce système de prime. À la condition qu’ils respectent la grille indicative des loyers qui sera bientôt disponible. Du côté du PS, on déplore que "le plafond n’existe plus alors qu’il faudrait se préoccuper des plus faibles. L’enveloppe ne sera pas extensible et ce sont les plus nantis qui en profiteront. Avant les élections, le gouvernement MR-CDH ne veut fâcher personne", explique le député PS, Christophe Collignon.