Quand l’immobilier suit la vague de l’"ubérisation"

Dans le sillage du géant américain Airbnb, les acteurs de l’immobilier s’intéressent aux modèles collaboratifs. Potagers sur les toits, cohabitation temporaire ou encore emplacements de parking partagés colonisent la ville et améliorent l’impact écologique du secteur.

Quand l’immobilier suit la vague de l’"ubérisation"
Dans le sillage du géant américain Airbnb, les acteurs de l’immobilier s’intéressent aux modèles collaboratifs. Potagers sur les toits, cohabitation temporaire ou encore emplacements de parking partagés colonisent la ville et améliorent l’impact écologique du secteur.

SUIVANT L’EXPLOSION DU COWORKING et l’arrivée d’acteurs comme WeWork, Spaces ou Silversquare, de nouveaux entrants digitalisent des pans de l’immobilier ouvrant la voie à d’autres manières d’occuper l’espace. Pour Idriss Goossens, fondateur de la fédération Proptech Lab, qui réunit 135 start-up et emploie 1850 personnes, la prochaine vague similaire au succès du coworking sera celle du coliving. 

"Combiner ‘live and work’est une tendance de fond", affirme-t-il. "Il ne s’agit pas seulement de mètres carrés et de payer moins cher
...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité