Retour en grâce des bureaux (SOMMAIRE)

LIBRE IMMO | À la Une du supplément immobilier de La Libre Belgique de ce 24 octobre: le marché des bureaux se porte bien, très bien même, tant à Bruxelles qu'à Anvers, Gand ou Liège. Cela tient au succès du coworking certainement, mais aussi à l'envie de changement de certaines entreprises. Mais aussi...

Retour en grâce des bureaux (SOMMAIRE)
©Libre Eco
La Libre Eco

LIBRE IMMO | À la Une du supplément immobilier de La Libre Belgique de ce 24 octobre: le marché des bureaux se porte bien, très bien même, tant à Bruxelles qu'à Anvers, Gand ou Liège. Cela tient au succès du coworking certainement, mais aussi à l'envie de changement de certaines entreprises. Mais aussi...

> Grégoire Morel, sur la voie de l'économie circulaire

Le nouveau CEO de Derbigum compte poursuivre sur la voie prise par l’entreprise familiale belge en matière d’économie circulaire. Pour arriver à des membranes bitumineuses avec 100 % de matériaux recyclés. LIRE LA SUITE >>>

> Les propriétaires de bureaux reprennent la main

La rareté de l'offre fait monter les prix et réduit les largesses des bailleurs. Les taux bas, voire négatifs, sur les marchés financiers font le bonheur des développeurs et promoteurs immobiliers. C’est assurément le cas sur le marché des bureaux en Belgique, que ce soit à Bruxelles, Anvers, Gand ou Liège. Les prix de vente ont fortement augmenté, tirant les rendements vers les 4,15 %. LIRE LA SUITE >>>

> Espace de coworking le jour, restaurant ou chambre d’hôtel le soir

Notre pays compte quelque 380 sites de coworking au total ”, détaille Edouard Cambier, président de la Belgian Workspace Association, qui tenait son congrès ce jeudi. “ Les 171 que nous avons ralliés sont les plus importants du marché. À eux seuls, ils cumulent 80 % du chiffre d’affaires du secteur des centres d’affaires et espaces de coworking belges. ” Des sites et des opérateurs pour lesquels la BWA assure un rôle de lobbyiste (auprès des politiques comme des autres acteurs économiques), mais aussi de garant d’un label de qualité. LIRE LA SUITE >>>

> La brique belge, moins coûteuse qu’en 2008

La hausse de l’immobilier sur dix ans a été légèrement moins forte que celle des revenus. D’où une meilleure accessibilité. Ce n'est un secret pour personne, le marché immobilier belge fait moins de vagues que celui de certains de ses voisins. Une étude de l’IESEG School of Management le démontre, chiffres à l’appui. LIRE LA SUITE >>>

> WeWork et consorts ne sont pas les bienvenus partout à Bruxelles

" Nous ne sommes pas très favorables à accueillir du coworking dans nos bureaux, à moins qu’il n’offre une valeur ajoutée à l’immeuble ", stipule Amaury de Crombrugghe, CIO d’AG Real Estate, évoquant, par exemple, des espaces de coworking "à thème", c’est-à-dire regroupant des acteurs évoluant dans le même secteur. " Sous-louer un immeuble à une entreprise de 50 personnes, ce n’est pas du coworking et c’est un métier que l’on fait très bien nous-mêmes. " LIRE LA SUITE >>>

> La société anversoise BVI mise sur la Wallonie pour doubler sa croissance

La société anversoise BVI.BE, active depuis quelque 20 ans dans le développement de parcs d’entreprises, de bureaux et d’infrastructures logistiques, a traversé la frontière linguistique voici deux ans pour étendre ses activités au sud du pays. Aujourd’hui, elle mène quatre projets de front sur le sol wallon, deux à Wavre (où elle a par ailleurs établi une succursale), un à Mont-Saint-Guibert et un à Namur (Floreffe). LIRE SUITE >>>

> Quand le mobilier de bureau est lui aussi issu de l’économie circulaire

Pétri d’enjeux environnementaux, Xavier Van Ingelgem a souhaité lui aussi ajouter sa petite pierre à l’édifice. Et ce, dans le marché qui l’occupe depuis plus de 20 ans, c’est-à-dire l’aménagement des immeubles de bureaux. “En 1997, j’ai acheté une menuiserie industrielle à Forest et je me suis spécialisé dans la fabrication de mobilier de bureau”, raconte-t-il. LIRE LA SUITE >>>

> À l’ombre de l’Observatoire d’Uccle, il fait bon vivre

Résidentiel, bourgeois et verdoyant, le quartier de l’Observatoire est un compromis huppé entre la campagne et la ville. Et les projets immobiliers n’y manquent pas. LIRE LA SUITE >>>