Nouvelle initiative à Bruxelles pour "lutter contre la vacance immobilière et en mobiliser un maximum le potentiel"

La Région bruxelloise a mis sur pied un guichet des occupations temporaires, afin de diminuer le taux d'inoccupation des bâtiments et sites sur son territoire. Une initiative qui vient appuyer les nouvelles missions relatives à l'aménagement du territoire.

placeholder
© BELGA
La Libre Eco

Le gouvernement bruxellois a annoncé la création d’un "guichet des occupations temporaires". Porté par le ministre-président Rudi Vervoort et la secrétaire d'Etat Barbara Trachte, il aura pour objectif de "faciliter les plans de gestion transitoire et les occupations momentanées de sites vacants sur le territoire par toute activité qui souhaiterait y trouver place", informe le communiqué de presse.

Concrètement, le guichet est destiné tant aux autorités publiques qu'aux privés qui posséderaient un bâtiment ou un terrain inoccupé. Pour appuyer la décision, un site web a été créé à l'occasion. Il informe d'ores et déjà "les Bruxelloises et Bruxellois sur les modalités pratiques et réglementaires liées à ce type d’occupation via des questions réponses. Ce site sera transformé dans les mois à venir afin d’offrir une interface numérique plus complète, mettant à disposition des citoyens les informations et outils qui leur seront nécessaires pour mener à bien leurs projets. Les citoyens y trouveront entre autres des documents-types, un vademecum sur les procédures réglementaires et l’actualité sur le sujet". La plateforme permettra également à l'offre et la demande de pouvoir se rencontrer plus facilement.

Culture, ateliers et même logements

La nature des projets qui pourront être soumis dans le cadre de l'occupation temporaire pourra être très diverse. "Si la Région bruxelloise vise ainsi à permettre toutes sortes d’occupations, qu’elles soient culturelles, artistiques, à finalité sociale ou accompagnant la transition économique par exemple, la création de ce guichet facilitera également la gestion et l’accompagnement des occupations temporaires par des publics vulnérables", précise le communiqué. Via le guichet, il sera donc également possible de proposer des solutions de logement.

Rudi Vervoort s'est d'ores et déjà montré très optimiste à l'égard de ce programme. "Des projets comme 'See You' ou 'Studio Citygate' sont déjà devenus emblématiques et témoignent des possibilités et de la dynamique de quartier formidable que peut amener la gestion transitoire d’un site désaffecté en attendant son redéveloppement. Avec ce guichet unique pour les Bruxellois et Bruxelloises, notre objectif est d’accompagner ce type de pratiques là où c’est opportun, mais aussi de lutter contre la vacance immobilière et d’en mobiliser un maximum le potentiel afin d’y faciliter l’implantation d’activités diversifiées et en particulier des occupations à finalité sociale", a-t-il indiqué.

"Les expériences d’occupation temporaire déjà existantes sont extrêmement positives. Grâce à ce nouveau guichet, nous voulons faciliter l’accès à ces ressources publiques, ces 'communs', et encourager de nouveaux acteurs à développer des projets très concrets. Au niveau économique, et particulièrement de la transition économique, c’est aussi l’occasion de tester des projets entrepreneuriaux innovants qui peuvent ainsi faire la part belle à de nouveaux produits ou de nouveaux 'business model'", confirmait la secrétaire d'Etat.

Actuellement, aucune limite de temps n'a été fixée au niveau de la durée de l'occupation temporaire. "Cela dépendra des situations et, surtout, de l'avenir projeté sur les terrains et sites en question", précise le cabinet du ministre-président.

Sur le même sujet