Inondations : voici comment bien assurer votre habitation

Les belges se remettent doucement des inondations qui ont touché la Belgique du 14 au 16 juillet. Après l'urgence, il est maintenant temps de penser à la réparation des dégâts et aux dédommagements. C’est là que les assureurs entrent en scène. Des dizaines de milliers de dossiers sont traités en ce moment-même par les différentes compagnies d’assurance du pays. Mais pour certains sinistrés, c’est le drame, ils découvrent qu’ils ne pourront pas être indemnisés pour tous les dégâts : valeur du bâtiment mal estimée, contenu ou jardin non compris dans le contrat. Ils découvrent que la couverture de leur assurance habitation n’était pas assez complète.

Inondations : voici comment bien assurer votre habitation
©Shutterstock
Adops

Pour éviter pareille situation, Seraphin vous donne 5 éléments à vérifier à la souscription de votre assurance habitation .

1. Quel contrat de base souscrire pour protéger votre habitation?

Le contrat d'assurance et les garanties de base varient en fonction de votre statut : si vous êtes propriétaire ou locataire de votre logement. Lorsque vous êtes locataire, le bâtiment est assuré par le propriétaire. Les locataires souscrivent quant à eux une RC locative . Cette garantie protège le locataire contre tous les dommages qu'il pourrait causer lui-même à l'habitation. Par exemple, si vous oubliez de fermer un robinet et causez un dégât des eaux, c'est votre RC locative qui interviendra pour rembourser les dommages. La RC locative est obligatoire en Wallonie mais pas en Flandre ou à Bruxelles. Les propriétaires peuvent cependant l'exiger dans le bail. Dans le cadre des inondations, il s'agira de l'assurance du propriétaire qui remboursera les dégâts liés au bâtiment.

Les propriétaires de leur logement n'ont aucune obligation légale de souscrire une assurance habitation. Cependant, 85% des propriétaires belges en ont une. Ceci s'explique par le fait que les banques exigent souvent de souscrire une assurance lorsqu'elles octroient un prêt hypothécaire. Même si vous n'avez plus de prêt hypothécaire, il est vivement conseillé de souscrire une assurance habitation. Surtout au vu des inondations et autres catastrophes naturelles qui s'annoncent de plus en plus fréquentes.

2. Assurez le bâtiment à sa juste valeur

Lorsque vous souscrivez un contrat habitation, il est nécessaire de définir la valeur du bâtiment. La valeur assurée est différente de la valeur d'achat. En effet, le prix d'achat comprend la valeur du terrain et d'autres critères immobiliers tels que la localisation alors que la valeur de l'habitation à assurer est la valeur de construction.

Pour déterminer cette valeur, les assureurs utilisent plusieurs méthodes d’évaluation basées sur le nombre de pièces, le volume ou encore sur la venue d’un expert pour les biens exceptionnels. Cette valeur est revue chaque année à la hausse par votre assureur via l'indice ABEX qui rend compte de l’évolution moyenne des coûts de construction. Cela explique pourquoi votre prime d'assurance habitation augmente chaque année légèrement.

Si vous effectuez des travaux, n’oubliez pas de prévenir votre assureur afin qu’il revoit le montant assuré à la hausse.

En cas de sinistre, les dommages causés au bâtiment seront remboursés en valeur de reconstruction à neuf à savoir la valeur de reconstruction en nouveaux matériaux, TVA, autres charges et honoraires d'architecte compris mais sans la valeur du terrain. Si votre maison a été construite il y a 20 ans pour un montant de 200.000€ mais qu'aujourd'hui l'ensemble des travaux coûtent 300.000€, vous serez remboursé de 300.000€ à condition que la valeur reprise sur votre contrat soit à jour.

3. N’oubliez pas d’assurer votre contenu

Trop de gens pensent à tort qu'en souscrivant la garantie de base d'assurance habitation, leur contenu est également protégé. Ce n'est pas le cas. Il est indispensable de souscrire une garantie supplémentaire qui couvre le contenu de votre habitation. Comptez environ 30€ par an pour un contenu évalué à 30.000€. Le contenu comprend l'ensemble de vos meubles, électroménagers et autres biens non fixés à l'habitation. Si votre contenu a été endommagé suite aux inondations vous serez remboursés. Le type d'indemnisation varie en fonction de la nature du bien. Le mobilier sera remboursé en valeur d'acquisition à l'état neuf, TVA et autres charges comprises alors que les électroménagers et les vêtements seront remboursés en valeur réelle, c'est-à-dire la valeur à neuf à laquelle on retire la valeur perdue en fonction de l'âge et de l'état du bien. Pour être remboursé, il vous faudra fournir des factures et des photos des biens endommagés.

4. Protégez vos véhicules stationnés

Votre véhicule a été endommagé à la suite de l'inondation de votre garage ? Il est possible que votre assurance habitation intervienne. Il s'agit dans la plupart des compagnies d'une option à souscrire en plus et qui protège les véhicules automoteurs stationnés dans votre garage ou dans votre allée en cas d'inondation mais également en cas d'incendie ou de vol. Cette option est intéressante pour les véhicules de plus de 5 ans qui ne sont plus éligibles à l'omnium.

5. Pensez à votre jardin

Dans toute assurance habitation, la RC jardin est comprise dans le contrat de base. Elle intervient pour les dégâts causés aux tiers par des éléments de votre jardin. Par exemple, un arbre qui tombe et casse la fenêtre de votre voisin.

Par contre, si vous voulez être remboursé pour les éléments de votre jardin endommagés suite aux inondations, il faut souvent ajouter une garantie supplémentaire. Cette dernière est conseillée, si vous possédez une piscine, un abri de jardin ou du mobilier d'extérieur onéreux.

En conclusion, il est important de bien communiquer toutes les particularités de votre habitation à votre assureur afin d'être sûr d'être bien indemnisé. En passant par un courtier , celui-ci pourra vous conseiller au mieux sur les particularités de l'assurance habitation de chaque compagnie et déterminer celle qui est adaptée pour votre logement.

Notez aussi que les inondations du 14 au 16 juillet ayant été reconnues officiellement comme calamité naturelle publique, vous pouvez faire une demande d'indemnisation au

fond wallon des calamités

pour les biens qui ne peuvent pas être couverts par un contrat d’assurance. Il s'agit, par exemple, des voitures de plus de 5 ans car elles ne peuvent plus être couvertes par un omnium ou une mini-omnium.