"La Côte d’Opale reste moins chère que la Côte belge, même si les prix explosent depuis la crise"

La Côte d’Opale reste une terre promise pour les seconds résidents belges. C’est le constat que pose un promoteur franco-belge actif dans les logements de villégiature au large de la côte française.

Voisine, la Côte d’Opale a, elle aussi, largement profité de l’intérêt renouvelé des seconds résidents belges.
Voisine, la Côte d’Opale a, elle aussi, largement profité de l’intérêt renouvelé des seconds résidents belges. ©Shutterstock
Van Hoof Thibaut
...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet