Pour les professionnels de la promotion immobilière, avec son droit de préemption étendu, la Région bruxelloise "tire avec un bazooka sur une mouche""

D’emblée, les syndicats des locataires sociaux ont applaudi l’initiative de projet d'ordonnance du droit de préemption. " Les réponses à la crise du logement justifient des mesures politiques fortes , indiquent-ils. L’intérêt général doit primer sur l’intérêt privé. "

Pour les professionnels de la promotion immobilière, avec son droit de préemption étendu, la Région bruxelloise "tire avec un bazooka sur une mouche""
©BELGA
Du côté des représentants des professionnels de l'immobilier ou de l'entreprenariat, c'est la déconvenue et, plus encore, l'inquiétude. " Tout part d'un bon sentiment , confirme Vincent Gérin, professeur d'immobilier à l'école polytechnique de l'ULB et à Solvay, par ailleurs fondateur et CEO du cabinet de conseils Anixton. Et d'une situation problématique en Région bruxelloise puisqu'il y manque près de 50 000 logements sociaux ! Au rythme actuel de leur production...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité