"Les producteurs sont sans doute ceux qui profitent le moins de la hausse des prix du bois"

Quand il évalue un peuplement, un expert ne prend jamais les cours du bois du jour. La valorisation est basée sur des moyennes des cinq ou dix dernières années. Les répercussions de la hausse des prix du bois scié est donc moindre qu’espéré pour les propriétaires.

"La vente de bois est un revenu dont profite un propriétaire 60 ans, 70 ans, 100 ans après que les arbres ont été plantés. Il faut donc lisser le produit sur la durée de vie d’une parcelle", rappelle Philippe de Wouters, directeur de la Société royale forestière de Belgique.
"La vente de bois est un revenu dont profite un propriétaire 60 ans, 70 ans, 100 ans après que les arbres ont été plantés. Il faut donc lisser le produit sur la durée de vie d’une parcelle", rappelle Philippe de Wouters, directeur de la Société royale forestière de Belgique. ©D.R. - Shutterstock
...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité